Archive de tag: Swiss Track

Swiss Track 2014: hymne controversé et perle électronique

Pixie_Paris

Ont remporté le prix «The Electronic Music Track 2014»: Pixie Paris (Photo: Nina Stiller)

Mercredi dernier, le Mascotte de Zurich a accueilli la remise des prix du concours de composition Swiss Track. Destiné à encourager la musique électronique, ce concours est organisé depuis six ans par la FONDATION SUISA en collaboration avec l’association Street Parade. Le jury était à la recherche d’un hymne officiel pour la Street Parade ainsi qu’une «Electronic Music Track» novatrice. Dès sa publication, l’hymne primé a déclenché une vive controverse sur les médias sociaux. En revanche, l’autre chanson lauréate du duo Pixie Paris, qui a remporté le prix «The Electronic Music Track», est incontestablement créative. Nous nous sommes brièvement entretenus avec une moitié du duo, Cindy, d’origine belge mais résidant à Hambourg.

Que l’on aime ou pas l’hymne officiel de la Street Parade 2014 du DJ zougois Schuhmacher, l’essentiel est que l’on parle de la Street Parade et de musique sur les portails d’information et les médias sociaux. La chanson gagnante de la catégorie «Electronic Music Track 2014», dédiée aux perles de compositions innovantes de la musique électronique, mérite autant d’attention que l’hymne. Le choix du jury s’est porté sur le titre «Es rappelt im Karton» de Pixie Paris.

Le duo vainqueur se décrit lui-même comme une «belle incarnation de la compréhension entre les peuples européens». Il vit à Winterthour, elle, à Hambourg, et leurs chansons naissent donc grâce à Skype. Les deux musiciens n’ont malheureusement pas pu participer à la remise des prix. Mais la chanteuse Cindy était disponible le lendemain pour une brève interview. Par Skype, naturellement.

Bonjour Cindy. Tout d’abord, toutes nos félicitations pour l’«Electronic Music Track 2014». Vous menez quasiment une relation musicale à distance grâce aux moyens de communication électroniques modernes. Est-ce que cela signifie que vous jammez virtuellement dans le nuage, entre Winterthour et Hambourg?
Je tiens d’abord à préciser que Matete et moi nous connaissons depuis 2003 déjà. Nous avons suivi un cours de pop ensemble, Matete à la batterie, moi à la basse. En fait, nous avons écrit notre musique virtuellement dès le début. Même à l’époque où nous habitions le même appartement à Hambourg, nous échangions surtout par e-mail. Nous avons commencé par nous envoyer des idées et des fichiers son. Pas seulement par Internet; il lui arrivait parfois de m’envoyer un minidisque avec des morceaux. Aujourd’hui, nous pouvons le faire plus facilement, par exemple avec WeTransfer. Il m’arrive de lui envoyer une idée de son nue, lui, un texte terminé. C’est ainsi que naissent nos titres.

Penses-tu que Pixie Paris sonnerait autrement si vous créiez votre musique dans la même pièce?
Absolument. Je pense que Pixie Paris serait radicalement différent si nous travaillions au même endroit. Nous avons tous deux besoin de notre espace et nous nous sentirions oppressés si nous répétions dans la même salle, par exemple. Il arrive naturellement que nous nous déplacions ensemble, mais nous n’écrivons pas dans ces moments-là.

Vous préparez-vous au moins ensemble pour les concerts?
Très peu en fait. Là aussi, le temps que nous passons ensemble est compté. Généralement, nos concerts sont minutieusement réglés et la marge d’improvisation est faible.

Auparavant, l’«Electronic Music Track» s’appelait «Best Innovative Track». Quelle importance accordez-vous à l’innovation dans votre musique? On peut déjà dire que votre collaboration virtuelle est pour le moins innovante.
Nous n’abordons pas l’écriture en pensant innovation. L’innovation dans notre musique découle plutôt de nos parcours et de nos backgrounds musicaux respectifs. Je viens d’une famille où l’on écoutait beaucoup de tubes; j’ai donc les hits dans le sang. Pour sa part, Matete est issu d’un tout autre univers, le punk. Peut-être l’innovation naît-elle de ce métissage.

Des majors vous ont fait les yeux doux, mais vous avez préféré rester indépendants et posséder votre propre label. Est-ce important pour vous? Ne serait-il pas plus facile d’avoir le soutien d’un grand label?
Des grands labels de musique nous ont approché et nous avons discuté avec eux. Mais ils nous parlaient sans cesse de changements. J’ai alors saisi toute la frénésie du business de la musique. Le passage à une major nous a aussi fait craindre d’être constamment encadrés par de nouvelles personnes. Nous n’avons rien contre une aide financière, mais il existe d’autres possibilités que les majors. Nous avons par exemple financé notre dernier disque via le site Wemakeit.ch [remarque de l’auteur: plate-forme de financement participatif].

Financement participatif, communication électronique: Internet joue un rôle essentiel pour Pixie Paris. Comment vous positionnez-vous par rapport à ses côtés sombres, et notamment en ce qui concerne le droit d’auteur?
C’est indéniable, Internet est capital pour nous. Sans la Toile, nous n’existerions pas sous cette forme. Mais je suis consciente des défis qu’implique Internet pour les musiciens et l’ensemble du secteur. Il est difficile de protéger la musique à l’ère du numérique. Mais Internet est avant tout du pain béni pour notre groupe et notre méthode de travail.

Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Pixie_Paris

Ont remporté le prix «The Electronic Music Track 2014»: Pixie Paris (Photo: Nina Stiller)

Mercredi dernier, le Mascotte de Zurich a accueilli la remise des prix du concours de composition Swiss Track. Destiné à encourager la musique électronique, ce concours est organisé depuis six ans par la FONDATION SUISA en collaboration avec l’association Street Parade. Le jury était à la recherche d’un hymne officiel pour la Street Parade ainsi qu’une «Electronic Music Track» novatrice. Dès sa publication, l’hymne primé a déclenché une vive controverse sur les médias sociaux. En revanche, l’autre chanson lauréate du duo Pixie Paris, qui a remporté le prix «The Electronic Music Track», est incontestablement créative. Nous nous sommes brièvement entretenus avec une moitié du duo, Cindy, d’origine belge mais résidant à Hambourg.

Que l’on aime ou pas l’hymne officiel de...Continuer

Swiss Track: stimuler les esprits créateurs comme les Maximizerz

Maximizerz remise du prix Swiss Track

Les membres du groupe Maximizerz lors de la remise du prix Swiss Track au Mascotte de Zurich. (Photo: Rommel Felder / amiadogroup.com)

C’est in extremis, juste avant l’expiration du délai de remise, que le groupe Maximizerz a soumis sa chanson dans le cadre de l’édition 2013 du Concours de Composition de musique électronique. Et bien leur en a pris, car c’est sur leur titre «Kissing In Paradise» que le jury du Swiss Track a jeté son dévolu, en leur décernant le prix «Best innovative Track 2013». Les musiciens de Berne trouvent cette récompense «fantastique».

«Recherchons chansons visionnaires avec griffe individuelle», tel était le libellé de la catégorie «Best innovative Track». Leur chanson Kissing In Paradise a valu à Merlin Cornu, Matthias Inderbitzin, Nina Kern et Janos Heidekker la récompense de 5000 francs remise au vainqueur par la FONDATION SUISA. Sous le nom Maximizerz, les quatre musiciens bernois produisent un assemblage sonore créatif puisant tour à tour dans les registres de la soul, du hip-hop, de la minimale, de la house et de la trance, complétés par des instruments organiques.

Nous avons posé quelques questions aux vainqueurs sur leur participation, leur chanson, la distinction et le concours d’encouragement Swiss Track.

Que représente cette récompense pour vous?
C’est un retour absolument fantastique. Nous nous réjouissons immensément que nos sonorités aient séduit le jury, sachant que ses membres sont issus d’un univers musical bien différent du nôtre.

Qu’est-ce qui vous a motivé à participer?
Nous voulions y participer l’an dernier déjà, mais malheureusement, nous avons laissé filer l’échéance. Nous étions d’autant plus motivés à produire de nouveaux morceaux. Le morceau nominé est cependant né de façon très spontanée, et une fois de plus, tout juste avant l’échéance du délai de remise…

Parlez-nous de la genèse du titre, où avez-vous puisé votre inspiration?
Nous avons passé en revue nos morceaux inachevés. Sur un titre, nous nous sommes dit: «Là, il faudrait rajouter du violon.» Par bonheur, nous avons des collègues qui savent encore jouer de «vrais» instruments. Un coup de téléphone et un petit dédommagement plus tard, le tour était joué: les enregistrements de violons et des voix étaient dans la boîte. Le travail d’édition et d’arrangement qui s’en est suivi a requis bien plus de temps.

Selon vous, les concours d’encouragement comme Swiss Track sont-ils importants? Et pourquoi?
La valorisation et l’encouragement de projets musicaux sont extrêmement importants et ils incitent beaucoup d’esprits créatifs à poursuivre leur évolution musicale. Nous remercions de tout cœur toutes les personnes qui ont contribué à réaliser ce concours.

Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Maximizerz remise du prix Swiss Track

Les membres du groupe Maximizerz lors de la remise du prix Swiss Track au Mascotte de Zurich. (Photo: Rommel Felder / amiadogroup.com)

C’est in extremis, juste avant l’expiration du délai de remise, que le groupe Maximizerz a soumis sa chanson dans le cadre de l’édition 2013 du Concours de Composition de musique électronique. Et bien leur en a pris, car c’est sur leur titre «Kissing In Paradise» que le jury du Swiss Track a jeté son dévolu, en leur décernant le prix «Best innovative Track 2013». Les musiciens de Berne trouvent cette récompense «fantastique».

«Recherchons chansons visionnaires avec griffe individuelle», tel était le libellé de la catégorie «Best innovative Track». Leur chanson Kissing In Paradise a valu à Merlin Cornu, Matthias Inderbitzin, Nina Kern et Janos Heidekker la récompense de 5000 francs remise...Continuer

Succès, song et Swiss Track: le vainqueur Maury parle de son hymne pour la Street Parade

Vainquer du Swiss Track Maury

Maury alias Maurizio Pozzi est membre SUISA depuis 1999. (Photo: Christian Dancker / amiadogroup.com)

Plutôt habitué à tirer les ficelles en coulisse, en tant que compositeur et producteur, cette fois-ci, c’est lui qui est sous les feux de la rampe: Maurizio Pozzi alias Maury remporte le prix de la composition Swiss Track dans la nouvelle catégorie «Street Parade Hymne». Son titre «Dance For Freedom» sera le symbole musical de la Street Parade 2013. Le lendemain de la remise du prix, Maury nous a parlé de son succès, de sa chanson et du Swiss Track.

Que représente cette récompense à vos yeux?
Beaucoup. C’est un sentiment formidable que de convaincre à la fois le jury et ses partenaires avec sa proposition de chanson dans un événement de telle envergure. Je me réjouis d’autant plus que, suite à la mise au concours publique de l’hymne, la concurrence était rude cette année.

Qu’est-ce qui vous a motivé à participer?
En tant que compositeur, j’aime le défi d’associer une devise ou un concept imposé à une chanson ou à sa mélodie. Et quand il s’agit en prime du festival de musique électronique par excellence, la motivation est décuplée. Dès l’annonce de la devise «Dance for Freedom», j’ai couru dans mon petit studio et me suis mis au travail.

Combien de temps avez-vous travaillé sur ce titre et où avez-vous trouvé l’inspiration?
Il s’est bien passé quelques jours, et même des nuits, avant que «Dance for Freedom» ne me paraisse présentable. Peut-être aussi parce que je voulais proposer deux versions de la chanson: une version pop/dance destinée à la radio, et une version club davantage conçue pour les DJ.
Je puise entre autres mon inspiration dans les images et les émotions que fait naître la Street Parade dans la tête et dans les tripes. Pour ma part, je peux dire que j’ai ressenti davantage de liberté de création musicale avec la musique électronique qu’avec la pop.

Selon vous, les concours d’encouragement comme Swiss Track sont-ils importants? Et pourquoi?
Oh oui! Absolument. Je suis régulièrement abasourdi par la qualité et la virtuosité du travail des innombrables musiciennes et musiciens de talent que compte la Suisse, notamment des jeunes. Ce genre de compétitions conjuguées à une plate-forme d’excellence, est capital pour eux et peut servir de tremplin pour leur carrière.

Comment allez-vous célébrer votre victoire?
En continuant à travailler d’arrache-pied… Mais bien sûr, je vais aussi arroser ce prix avec ma famille et mes amis. Et la méga-fête aura lieu au plus tard le 10 août 2013, date de la Street Parade. We gonna dance for freedom!

Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vainquer du Swiss Track Maury

Maury alias Maurizio Pozzi est membre SUISA depuis 1999. (Photo: Christian Dancker / amiadogroup.com)

Plutôt habitué à tirer les ficelles en coulisse, en tant que compositeur et producteur, cette fois-ci, c’est lui qui est sous les feux de la rampe: Maurizio Pozzi alias Maury remporte le prix de la composition Swiss Track dans la nouvelle catégorie «Street Parade Hymne». Son titre «Dance For Freedom» sera le symbole musical de la Street Parade 2013. Le lendemain de la remise du prix, Maury nous a parlé de son succès, de sa chanson et du Swiss Track.

Que représente cette récompense à vos yeux?
Beaucoup. C’est un sentiment formidable que de convaincre à la fois le jury et ses partenaires avec sa proposition de chanson dans un événement de telle envergure. Je me réjouis d’autant plus que, suite à la...Continuer