Archive de tag: Salon professionnel

Le Midem choisit de se rapprocher de l’été

Cette année, pour la première fois, le Midem, salon de la musique pour professionnels, se tiendra en juin. Vous pourrez participer, du 5 au 8 juin 2015, à la grande rencontre des représentants de l’industrie musicale, venant du monde entier pour quelques jours à Cannes. En tant que participante ou participant suisse, vous avez la possibilité de vous accréditer à des conditions préférentielles pour le Midem, par l’intermédiaire de la FONDATION SUISA.

Midem-2014-Panel

Quo vadis, Midem? Le changement de date est la nouveauté la plus importante: la salon de la musique de Cannes se rapproche de l’été et aura lieu cette fois du 5 au 8 juin 2015. (Photo: Valentin Desjardins / Midem.com)

Depuis bientôt un demi-siècle, le Midem, l’un des plus importants événements de la branche musicale internationale se tenait chaque année à fin janvier à Cannes. Les organisateurs de l’événement ont pris la décision courageuse de déplacer le rendez-vous hivernal au début juin!

De la réunion d’affaires au rendez-vous festif et retour

A ses débuts, le Midem était avant tout un rendez-vous d’affaires pour les plus grands éditeurs de musique. Lors des années d’or de l’industrie musicale, l’événement s’est transformé en un immense salon de la musique. Le Midem était l’événement glamour par excellence, lieu de rencontre incontournable du monde du business musical international. Le commerce de la musique y était allègrement fêté, dans une ambiance d’autocélébration démonstrative.

Après la chute des ventes dans l’industrie des supports sonores les surfaces d’exposition ont été fortement réduites . L’approche commerciale a peu à peu repris le dessus et l’esprit festif s’est estompé.

Travail suisse de conviction

Depuis 26 ans, un stand suisse est organisé au Midem par SUISA, en collaboration avec la FONDATION SUISA et la Fondation des producteurs de phonogrammes. Par notre intermédiaire, les créateurs musicaux suisses peuvent s’accréditer à des conditions préférentielles et profiter de l’infrastructure du stand collectif.

Le nombre des participants suisses est constant depuis 10 ans, et il y a même une légère tendance à la hausse. Les réactions des participants suisses au salon ont été dans une large mesure positives jusqu’ici. Selon les dires des visiteurs du salon, le Midem permet encore de faire d’intéressantes affaires internationales. De plus, le salon serait une excellente débouché vers les marchés de la musique américain et asiatique.

Tout le monde ne semble pourtant pas être de cet avis, dans un contexte où, depuis plusieurs années, les stands collectifs européens constatent un recul des inscriptions.

De la concurrence pour le Midem

La situation actuelle est la suivante pour le Midem: une réduction bien visible des surfaces d’exposition louées, de moins en moins de participants européens, un public plus nombreux en provenance d’Asie et d’Amérique; et pendant ce temps, des festivals comme par exemple l’Eurosonic, le Festival Reeperbahn ou le MaMA connaissent des succès retentissants avec la présence de nombreux visiteurs professionnels.

Le Midem réagit en prenant différentes mesures. Une place importante est par exemple désormais accordée aux nouvelles technologies. De passionnants panels, workshops, meetings et tables rondes sont proposés. En outre, l’offre «live» a été améliorée avec l’organisation d’un grand festival de musique.

Cette palette est cependant aujourd’hui offerte dans pratiquement tout salon musical s’adressant à des visiteurs professionnels. Ce qui sera vraiment nouveau en 2015, c’est le déplacement du Midem au mois de juin. Selon des informations fournies par des collaborateurs du Midem, le salon espère ainsi attirer davantage de visiteurs asiatiques et américains. Avec des dates fixées en juin, le Midem sera l’unique salon musical européen proche des festivals de l’été. Ce n’est pas le cas pour les autres salons, qui ont lieu au printemps ou en automne.

Le Midem pourra-t-il, grâce à cette décision courageuse, renforcer sa position de salon parmi les plus importants au monde? L’avenir nous le dira. Les avis des habitués du stand suisse à ce sujet ne sont pas unanimes: «une excellente idée, je me réjouis d’aller à Cannes en juin», pour les uns; «très difficile durant la saison des festivals», pour les autres.

Midem du 5 au 8 juin: vivre l’événement de l’intérieur

Grâce à une accréditation via la FONDATION SUISA, vous pourrez participer au Midem à des conditions préférentielles et profiter des avantages du stand collectif. Concrètement: des tables de rendez-vous mises gratuitement à disposition, de la publicité sur le stand, un cocktail de stand offert, des casiers fermant à clé, un infodesk et un service de prise des messages en votre absence.

Participez au stand suisse et entretenez votre réseau commercial et vos contacts avec les représentants de l’industrie musicale internationale.

Coût de l’accréditation pour le Midem:
395 euros + TVA par personne
295 euros + TVA par personne, avec rabais d’artiste ou d’étudiant

Informations complémentaires et accès au lien pour l’inscription: www.fondation-suisa.ch/midem

Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cette année, pour la première fois, le Midem, salon de la musique pour professionnels, se tiendra en juin. Vous pourrez participer, du 5 au 8 juin 2015, à la grande rencontre des représentants de l’industrie musicale, venant du monde entier pour quelques jours à Cannes. En tant que participante ou participant suisse, vous avez la possibilité de vous accréditer à des conditions préférentielles pour le Midem, par l’intermédiaire de la FONDATION SUISA.

Midem-2014-Panel

Quo vadis, Midem? Le changement de date est la nouveauté la plus importante: la salon de la musique de Cannes se rapproche de l’été et aura lieu cette fois du 5 au 8 juin 2015. (Photo: Valentin Desjardins / Midem.com)

Depuis bientôt un demi-siècle, le Midem, l’un des plus importants événements de la branche musicale internationale se tenait chaque année à...Continuer

Midem 2014 – back to growth?

L’année de l’exécution de Che Guevara, du passage sur les écrans noirs et blancs de la guerre des Six Jours, de la sortie du dessin animé «Le Livre de la Jungle» et du légendaire album des Beatles «Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band» – 1967 – c’est au cours de cette même année que l’industrie musicale, alors en pleine expansion, choisit la Côte d’Azur pour ériger un monument en son propre honneur, sous la forme d’un salon des professionnels de la musique – le Midem était né. Par Andy Prinz, contributeur invité

Midem 2014 Teilnehmer

On se voit à Cannes (de g. à d.): Cla Nett (Coopérative suisse des artistes interprètes), Andy Prinz, Sergio Fertitta, Devijo alias Giancarlo Martinuzzi. (Photo: Andy Prinz)

Un concentré d’industrie musicale

Année après année, des milliers d’éditeurs, responsables de labels, musiciens, producteurs, managers et journalistes font le pèlerinage de Cannes pour se rendre durant 3 jours dans la Mecque de l’industrie musicale et échanger avec des confrères, licencier de la musique, conclure des contrats ou nouer des contacts autour d’un bon repas.

L’atmosphère qui règne sur la Riviera française est propice à de telles activités et Cannes la paisible offre toujours une touche glamour malgré la crise de l’industrie musicale. Les prix parfois terriblement élevés dans les grands hôtels, là où les A&R et managers influents se donnent rendez-vous, semblent vouloir défier la situation économique. Les boissons aux prix excessifs et les cappuccinos à 10 euros ne sont pas meilleurs, mais permettent de calmer les esprits.

Grâce aux fortes réductions accordées aux exposants suisses, les prix d’entrée au salon du Palais sont heureusement devenus accessibles. Ce salon, le plus grand du genre, souffre toutefois d’une baisse chronique du nombre de visiteurs et les entreprises qui proposent des technologies dernier cri ne parviennent pas à compenser l’absence de certains labels musicaux. L’offre demeure malgré tout importante.

Le Midem est composé d’une part du salon des professionnels, qui a malheureusement considérablement perdu de son importance, et d’autre part des conférences et du festival. Au total, près de 6400 participants du monde entier se retrouvent dans ce creuset temporaire de l’industrie musicale, tout en profitant du climat méditerranéen. The show must go on!

Midem 2014 Panel

Invités illustres et large éventail de sujets lors des panels. (Photo: Andy Prinz)

Lors des panels au Palais, des invités illustres tels que Rita Ora ou Boris Blank parlent de leurs expériences dans le monde de l’industrie musicale et donnent leur avis sur les nouvelles formes de commercialisation. L’éventail des thèmes est large mais le temps vient souvent à manquer, notamment parce que les rencontres ont la priorité et que la plupart des panels peuvent être visualisés après coup sur Internet. L’un des clous de cette année a certainement été l’intervention d’un A&R légendaire, fondateur de Sire Records (Warner), Seymour Stein.

Carlton, Majestic & Co.

Malgré le fait que, au grand dam des organisateurs du Midem, les éditeurs majors ainsi qu’un bon nombre de labels brillent par leur absence au Palais, ces acteurs sont bel et bien présents à Cannes, mais dans les grands hôtels proches de la plage, comme le Majestic ou le Carlton.

C’est là que se passe le véritable business, à l’écart du salon. Pour accéder à ces lieux, il faut soit être client de l’hôtel, soit être détenteur d’une carte d’accès au salon. Dès lors, détenir une telle carte présente un avantage certain, y compris pour les personnes qui ne souhaitent pas se rendre au salon.

De nombreuses rencontres ont lieu dans les lobbies des hôtels et des partenariats importants peuvent naître lors d’un repas dans l’un des restaurants du coin. A cet égard, le fait que l’industrie musicale se soit quelque peu réduite peut présenter certains avantages, dans la mesure où il est plus aisé d’avoir une vue d’ensemble. L’environnement prend parfois un aspect presque familier et les rencontres sont plus aisées.

Le réseautage reste une valeur sûre. Plus on connaît de monde, plus il sera aisé d’entrer en contact avec de nouvelles personnes et de placer ses cartes de visite en une multitude de mains.

Mon conseil serait de garder les premières heures de la journée libres de toute contrainte, de consacrer l’après-midi à la découverte des start-ups et des nouveautés intéressantes présentées au salon, puis, en fin d’après-midi et durant la soirée, de fréquenter les lobbies en profitant des mets et boissons du Sud de la France où la cuisine est toutefois, à mon humble avis, souvent surestimée.

To be or not to be

Certes, le séjour à Cannes est coûteux et oui, les décomptes Spotify sont douloureux. Une personne tournée vers le passé peut se sentir un peu perdue dans le monde du business musical 2.0. Notre monde est plus globalisé et connecté que jamais. Malgré tout, un contact personnel au soleil méridional, alors que l’hiver règne sur l’Europe, continue à valoir son pesant d’or!

Les relations personnelles et les expériences concrètes ont gagné en importance, tout particulièrement dans le contexte actuel, où l’overdose médiatique tend à noyer toute communication. Malgré tout, le MIDEM continue à réunir pour quelques jours les personnalités les plus importantes de l’industrie musicale, tous genres confondus.

Comme lorsque de vieux amis se rencontrent et se remémorent de beaux souvenirs, l’auto-encensement de l’industrie musicale réveille des forces insoupçonnées. Et si après cela vous n’en avez toujours pas assez de cette ambiance, vous pourrez toujours lire ou relire le chapitre «Midem» dans le classique «Kill your friends» de John Niven.

Midem 2014 Schweizer Gemeinschaftsstand

Réseautage au stand collectif suisse du Midem 2014. (Photo: Andy Prinz)

Au stand suisse du Palais, il est aisé d’entrer en contact avec des compatriotes ou de clarifier une question ou l’autre avec la société de gestion ou avec la société des interprètes. De plus, le stand propose également des services très utiles (p.ex. WiFi et casiers fermés à clé) ainsi qu’une infrastructure pour les rencontres.

Editeurs et licences

Un ancien cadre suisse d’une major avait à l’époque fait remarquer malicieusement que le Midem était bon uniquement pour les clochards et pour les éditeurs. C’est fortement exagéré, mais il est incontestable que le Midem est très orienté «édition» et que le peu de présence des labels peut engendrer quelques hésitations au moment de prendre la décision de se rendre à Cannes; les possibilités de licencier son catalogue manquent manifestement.

Les entreprises de technologie ou les grands groupes comme Google ne comblent que partiellement cette lacune; même si le thème en vogue est la «monétarisation YouTube». Le succès de salons spécialisés dans ce domaine comme l’ADE d’Amsterdam ou le SXSW aux USA est d’autant plus grand.

Le business est aujourd’hui possible 365 jours par année. Les plateformes restent cependant nécessaires, aussi bien à l’échelon national qu’international. Aujourd’hui encore, les artistes rêvent d’un contrat de production, les A&R de signatures prometteuses, les éditeurs de droits de synchronisation et les firmes IT d’un nombre record d’utilisateurs. La participation à un salon de professionnels tel que le Midem est peut-être plus importante que jamais!

Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L’année de l’exécution de Che Guevara, du passage sur les écrans noirs et blancs de la guerre des Six Jours, de la sortie du dessin animé «Le Livre de la Jungle» et du légendaire album des Beatles «Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band» – 1967 – c’est au cours de cette même année que l’industrie musicale, alors en pleine expansion, choisit la Côte d’Azur pour ériger un monument en son propre honneur, sous la forme d’un salon des professionnels de la musique – le Midem était né. Par Andy Prinz, contributeur invité

Midem 2014 Teilnehmer

On se voit à Cannes (de g. à d.): Cla Nett (Coopérative suisse des artistes interprètes), Andy Prinz, Sergio Fertitta, Devijo alias Giancarlo Martinuzzi. (Photo: Andy Prinz)

Un concentré d’industrie musicale

Année après année, des milliers d’éditeurs, responsables de labels, musiciens, producteurs,...Continuer

Womex: le salon au répertoire musical exceptionnel

Où se retrouvent les musiciens qui n’appartiennent ni au jazz, ni à la pop, ni au rock, ni au classique ni au répertoire anglo-américain? La réponse est simple: depuis 1994, ils se donnent rendez-vous une fois par an au Womex.

Womex 2013 Da Cruz Artlink

La délégation culturelle de Berne au Womex, dans le Pays de Galles: la chanteuse Mariana Da Cruz entre Mauro Abbühl (à g.) et Roberto Haçaturyan (à dr.) de l’Agence suisse de coopération culturelle. (Photo : Erika Weibel)

Le Womex est le salon de la musique en marge du «mainstream» et celui des découvertes. Si vous avez envie de voir de plus près des instruments originaux, des arrangements audacieux à la croisée des genres et des showcases avec des musiciens exceptionnels, une visite au Womex s’impose.

Bien sûr, outre la diversité musicale, le salon permet également de faire des affaires. Si l’ambiance du Womex semble particulièrement détendue, il accueille pourtant une foule de célèbres responsables de festivals, de stations de radio et de programmateurs, qui participent au salon pour trouver la note précise de musique ethnique ou de musique du monde qui manquait à leurs programmes. C’est ainsi que les nombreux responsables de programmation et les musiciens sont en contact permanent pendant les quelques jours du salon.Ils profitent du calme offert par les localités souvent éloignées où est organisé chaque année le Womex pour tisser des liens.

Womex 2013 Messestand Schweiz

Le stand suisse du salon, réalisé par FONDATION SUISA et ProHelvetia, au Womex 2013. (Photo : Marcel Kaufmann)

Sur le stand suisse, d’importants organisateurs de concerts de notre pays étaient également représentés. Ils ont à nouveau eu l’occasion d’utiliser l’infrastructure mise à disposition par la FONDATION SUISA et ProHelvetia.

Où étaient la musique folk et la musique du monde suisses aux showcases du Womex?

A mon avis, le seul bémol de cette année a été l’absence de la Suisse au programme des showcases. Cela dit, il est très difficile d’arriver à se qualifier pour les showcases, car le jury exige un haut niveau de savoir-faire musical et un concept global original. Pourtant, en Suisse, la musique folk et la musique du monde satisfont tout à fait à ces critères depuis des années. J’espère donc que quelques groupes suisses tenteront leur chance lors de l’édition 2014 du Womex et me feront découvrir quelques représentations à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Womex 2013 Messehalle

Malgré les activités commerciales, l’ambiance du World Music Expo à Cardiff fut décontractée. (Photo : Erika Weibel)

 Le salon Womex 13 en un coup d’œil

•    2250 professionnels de la musique travaillant pour 1260 entreprises dans 90 pays
•    800 programmateurs de concerts et de festivals, organisateurs de tournées et exploitants de salles de concert
•    560 labels, éditeurs et distributeurs
•    680 agents de réservation, 560 agents artistiques et 270 producteurs
•    300 journalistes
•    590 sociétés venues de 50 pays exposant sur 250 stands
•    Plus de 60 showcases avec plus de 300 artistes venus de 40 pays, sur 7 scènes

Le Womex 2014 aura lieu à Saint-Jacques-de-Compostelle, en Galicie / Espagne, du mercredi 22 au dimanche 26 octobre 2014.

Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Où se retrouvent les musiciens qui n’appartiennent ni au jazz, ni à la pop, ni au rock, ni au classique ni au répertoire anglo-américain? La réponse est simple: depuis 1994, ils se donnent rendez-vous une fois par an au Womex.

Womex 2013 Da Cruz Artlink

La délégation culturelle de Berne au Womex, dans le Pays de Galles: la chanteuse Mariana Da Cruz entre Mauro Abbühl (à g.) et Roberto Haçaturyan (à dr.) de l’Agence suisse de coopération culturelle. (Photo : Erika Weibel)

Le Womex est le salon de la musique en marge du «mainstream» et celui des découvertes. Si vous avez envie de voir de plus près des instruments originaux, des arrangements audacieux à la croisée des genres et des showcases avec des musiciens exceptionnels, une visite au Womex s’impose.

Bien sûr, outre la diversité musicale, le salon permet...Continuer