Archive de tag: Salon de la musique

L’édition 2016 de Jazzahead! a swingué sur des rythmes suisses

Invitée d’honneur au Jazzahead! 2016 à Brême, la Suisse a présenté un vaste répertoire stylistique aux 2750 participants et 15 000 visiteurs, à l’image de sa devise «Schweizsuissesvizzerasvizra». Celle-ci symbolisait les quatre «sortes» de Suisse qui peuvent parfois avoir le même son de cloche, tout en formant un ensemble original et hétéroclite. Texte d’Urs Schnell, FONDATION SUISA

Jazzahead-2016-Pilgrim-in-concert

Le saxophoniste zurichois Christoph Irniger s’est produit sur scène avec sa formation, Pilgrim, le 21 avril 2016 lors de la Swiss Night du festival Jazzahead! (Photo: Ingo Wagner)

Invitée d’honneur, la Suisse a présenté à Brême des artistes aux influences jazz très variées sous la devise «Schweizsuissesvizzerasvizra»: celle-ci symbolisait les quatre «sortes» de Suisse qui peuvent parfois avoir le même son de cloche, mais forment un ensemble original et hétéroclite.

Le mélange des cultures a également marqué le festival Jazzahead!, qui a eu lieu durant les deux semaines précédant le salon. La grande variété de représentations proposées allait du spectacle de marionnettes «Les physiciens» de Dürrenmatt à l’exposition «L’électorat – la voix du peuple» illustrant les campagnes électorales suisses. Une affiche présentant une lolette infestée de mouches bleues a même été ressortie des archives. L’objectif de cette affiche était de rappeler à la ménagère que, une fois sortie de l’isoloir, sa place était au foyer.

Du jazz suisse en live

Le jury du Jazzahead! a présenté sa sélection helvétique de showcase, le 21 avril dans le cadre de la Swiss Night, à l’issue du premier jour du salon qui en comptait quatre. Celle-ci a révélé un vaste répertoire stylistique allant du programme solo «Beat Diary» du dynamique explorateur de sons Julian Sartorius et membre du trio Colin Vallon, aux beats perforants des nappes sonores de la formation Plaistow.

Nous y avons aussi retrouvé des visages familiers, déjà présents lors d’éditions précédentes, notamment Weird Beard et le quartet Elina Duni, tandis que Nik Bärtsch’s Ronin et Hildegard lernt fliegen étaient gratifiés d’une standing ovation lors du concert de clôture à la Glocke.

«Pour nous, tout a vraiment commencé après le showcase du festival Jazzahead! 2012», raconte Matthias Wenger, le saxophoniste de Hildegard lernt fliegen. Et bien qu’une participation au salon ne soit pas toujours suivie d’une évolution de carrière à vitesse grand V, comme ce fut le cas pour le sextuor formé autour de l’acrobate vocal Andreas Schaerer, pour beaucoup d’artistes, l’agenda de tournée se remplit sensiblement à l’issue de cet événement.

Tisser et entretenir ces relations professionnelles

Les musiciens qui participent au salon sans présenter de showcase doivent toutefois se manifester par d’autres moyens. Avec son quartet Kaleidoscope String, le violoniste Simon Heggendorn avait déjà assuré un showcase lors du salon Classical:Next. «Nous avons déjà noué quelques contacts, mais nous sommes surtout là pour la partie conférences», explique-t-il. «De plus, nous sommes davantage un groupe qu’un quatuor à cordes classique et avons donc plutôt notre place ici. C’est pour cela que je me suis inscrit au matchmaking.»

Le «matchmaking» est une sorte de speed dating durant lequel on demande aux participants quels sont leurs besoins pour ensuite leur présenter les bons interlocuteurs. La gestionnaire culturelle Nicole Mayer a, quant à elle, choisi une autre voie : «Je me renseigne le plus tôt possible sur les personnes qui seront présentes au salon et j’essaie de prendre rendez-vous avec celles qui m’intéressent ou bien de les reconnaître lorsque je les croise par hasard. Je suis seulement présente sur le stand lorsque j’y ai fixé un rendez-vous.»

Le pays invité mise sur un effet à long terme

Organisé chaque année, l’Alpine Cocktail offre la possibilité de se rencontrer dans un cadre moins structuré. Cet apéritif a permis aux participants de faire connaissance de manière informelle autour d’un verre de vin autrichien en dégustant du fromage suisse. Pour les amateurs de crus suisses, accompagnés d’un carré de chocolat noir, le Swiss Lounge accueillait cette année des représentants de la scène musicale suisse. Du collaborateur de label discographique au représentant de fondation, il était possible de les rencontrer dans le cadre de la série d’entretiens «Un verre de vin avec …».

Cette année, Jazzahead! a permis à la Suisse de se présenter à 969 exposants (la tendance est à la hausse), 2750 participants professionnels et 15 000 visiteurs. Une présence visible de toutes parts qu’elle a notamment mis en avant avec son graphisme rouge vif et un portrait plus grand que nature de Nik Bärtsch dominant le hall du salon et attirant immédiatement l’œil du visiteur.

On ne peut pas encore tirer un bilan final de l’événement. Ce n’est que rarement pendant, ou immédiatement après, que le succès de la démarche découlant d’une présence à un salon musical peut se manifester. «Pour le pays invité, les répercussions sont surtout envisagées sur le long terme», déclare Marcel Kaufmann, responsable de projet à la FONDATION SUISA qui a orchestré la présence suisse sur le salon en collaboration avec Pro Helvetia et le syndicat musical suisse (SMS). «Le jazz suisse jouit d’une excellente réputation sur la scène internationale. Nous souhaitions, à travers ce festival, qu’il marque les esprits plus encore au niveau mondial.»

Articles en relation
Lionel-FriedliLionel Friedli, un esprit créatif polyvalent La FONDATION SUISA a décerné le Prix du Jazz 2015 à Lionel Friedli. Le batteur biennois associe dans un jeu dynamique la vigueur du rock à la liberté du jazz. Il influence ainsi la musique de nombreux groupes variés. Continuer
Womex-2015-GruppenfotoPrécipitation, disputes et projets lors du Womex Depuis 2006, la FONDATION SUISA tient un stand suisse au Womex, en collaboration avec Pro Helvetia. Mais au fond, quel intérêt y a-t-il à participer à un tel salon? Ane Hebeisen du groupe bernois Da Cruz a fait le test et livre sans complaisance ses expériences à Budapest. Continuer
Jazzpreis-2014-hilaria-kramer-liveLa trompettiste Hilaria Kramer lauréate du Prix du Jazz 2014 de la FONDATION SUISA Le Prix du Jazz de la FONDATION SUISA récompense un travail créatif et innovateur dans le domaine du jazz en Suisse. 2014, ce prix d’une valeur de 15’000 francs a été attribué à la trompettiste et compositrice Hilaria Kramer. Continuer

 

Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Invitée d’honneur au Jazzahead! 2016 à Brême, la Suisse a présenté un vaste répertoire stylistique aux 2750 participants et 15 000 visiteurs, à l’image de sa devise «Schweizsuissesvizzerasvizra». Celle-ci symbolisait les quatre «sortes» de Suisse qui peuvent parfois avoir le même son de cloche, tout en formant un ensemble original et hétéroclite. Texte d’Urs Schnell, FONDATION SUISA

Jazzahead-2016-Pilgrim-in-concert

Le saxophoniste zurichois Christoph Irniger s’est produit sur scène avec sa formation, Pilgrim, le 21 avril 2016 lors de la Swiss Night du festival Jazzahead! (Photo: Ingo Wagner)

Invitée d’honneur, la Suisse a présenté à Brême des artistes aux influences jazz très variées sous la devise «Schweizsuissesvizzerasvizra»: celle-ci symbolisait les quatre «sortes» de Suisse qui peuvent parfois avoir le même son de cloche, mais forment un ensemble original et hétéroclite.

Le mélange des cultures a également marqué...Continuer

Présenter, c’est innover: quatrième édition de Classical:NEXT

Déménager la Classical:NEXT dans la salle de concert rotterdamoise de Doelen, après deux ans passés sur les très vénérables parquets viennois, était certainement un coup de poker osé de la part de l’organisateur Piranha Arts. Mais il s’est révélé habile, car l’objectif de ces rencontres musicales se reflète bien dans l’esprit du port néerlandais à l’architecture audacieuse, colorée et moderne: présenter les courants et les projets actuels et innovants de la scène classique internationale. Par Lisa Nolte, contributrice invité

Classical-Next-2015-Kaleidoscope-String-Quartet

Surprise lors du showcase du Kaleidoscope String Quartet suisse à la Classical:NEXT 2015: un siège est resté vide. La performance réarrangée pour un trio à cordes à la dernière minute a été saluée par une salve d’applaudissements. (Photo: Eric van Nieuwland)

La quatrième édition de l’événement musical Classical:NEXT s’est tenue à Rotterdam du 20 au 23 mai 2015. Depuis maintenant trois ans, la Suisse y est présente avec son stand commun porté par la FONDATION SUISA. Et, tout comme la Classical:NEXT avec ses 1000 participants, la musique «made in Switzerland» peut elle aussi se féliciter d’un nouveau petit record en 2015: 20 ensembles, labels, organisateurs, associations et fondations sont venus de tout le pays pour converger vers Doelen, du festival de Lucerne DC Audio Engineering, en passant par la fondation J. S. Bach de Saint-Gall et les Madrigalisten de Bâle.

Fourmillement sur le stand suisse

Il vaut toujours la peine de parcourir la longue route qui sépare désormais l’événement de la Suisse. Et les participants du stand le prouvent, eux qui sont venus une nouvelle fois au salon et ont utilisé sans relâche les bureaux «pop up» installés dans l’Arcadis Zaal du premier étage pour y organiser leurs réunions. Le Canada, pays invité, a planté sa tente juste à côté du stand suisse, ce qui a certainement contribué à entretenir le flux constant de passants sur cet emplacement un peu à l’écart. Mais c’est le désormais traditionnel apéro «Alpine cocktail», co-organisé par la Suisse et l’Autriche, qui a véritablement attiré les foules. Parmi les convives se trouvait Jasper Renema, le référent culture de l’ambassade suisse.

Les nouveaux venus ont pu d’ailleurs profiter eux aussi de l’expérience des autres participants. C’est ainsi que Felix Heri, co-directeur de la Sinfonietta de Bâle, décrit ses premières impressions: «C’est une atmosphère très particulière. Il se passe énormément de choses et l’on peut presque passer son temps à aller de stand en conférence, sans faire de pause. Pour réseauter, c’est super d’avoir à ses côtés quelqu’un comme Etienne Abelin, qui peut aider à ouvrir des portes et à nouer des contacts».

Le violoniste Etienne Abelin, membre cette année du jury des showcases, fait partie des porte-étendards suisses à la C:N. Il pense que le déménagement à Rotterdam était une bonne idée: «Ici, on ne pense pas du tout le classique comme dans les pays germanophones. On met plus l’accent sur un lien organique entre le contenu, la présentation et la communication. La transmission est d’une certaine manière pensée avec le contenu et n’en est pas séparée.»

Showcases et prix de l’innovation

La présentation joue un rôle prépondérant à la C:N, et cela se voit dans les showcases. De l’art vidéo, des ambiances lumineuses sur scène ou des chants diphoniques, accompagnés de mouvements expressifs à la limite de la danse expressionniste: voilà quelques-unes des friandises pour les yeux qui ont été offertes au spectateur.

Entre ces concerts à la scénographie sophistiquée, la performance du Kaleidoscope String Quartet semblerait presque traditionnelle, mais c’est sans compter le talent avec lequel la formation surprend son public. En effet, en l’absence du second violon, le quartet a dû réarranger dans l’urgence ses morceaux pour l’adapter à un trio à cordes. L’engagement sans relâche des trois musiciens a été salué par un tonnerre d’applaudissements et de cris d’admiration à l’issue de leur prouesse.

La présence suisse à Rotterdam a été marquée par un dernier grand moment lors du gala de clôture: la remise du premier Prix de l’innovation, décerné par la «Classical:NEXT Community» (c’est ainsi que les organisateurs aiment à appeler, depuis la première édition, tous les accrédités) par vote électronique. Le premier prix a été remis au projet Ark Nova du festival de Lucerne, qui, grâce à une salle de concert gonflable, a fait à nouveau résonner la musique dans la région japonaise du Tohoku, dévastée par le séisme et le tsunami. «L’innovation peut surgir partout et à tout moment», explique Michael Haefliger, directeur du festival de Lucerne. «Elle se trouve à l’intersection entre l’art, la communauté et le sens.»

Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Déménager la Classical:NEXT dans la salle de concert rotterdamoise de Doelen, après deux ans passés sur les très vénérables parquets viennois, était certainement un coup de poker osé de la part de l’organisateur Piranha Arts. Mais il s’est révélé habile, car l’objectif de ces rencontres musicales se reflète bien dans l’esprit du port néerlandais à l’architecture audacieuse, colorée et moderne: présenter les courants et les projets actuels et innovants de la scène classique internationale. Par Lisa Nolte, contributrice invité

Classical-Next-2015-Kaleidoscope-String-Quartet

Surprise lors du showcase du Kaleidoscope String Quartet suisse à la Classical:NEXT 2015: un siège est resté vide. La performance réarrangée pour un trio à cordes à la dernière minute a été saluée par une salve d’applaudissements. (Photo: Eric van Nieuwland)

La quatrième édition de l’événement musical Classical:NEXT s’est tenue à Rotterdam du 20...Continuer

Stand commun suisse au Womex 2015 à Budapest

Cette année, le Womex aura lieu du 21 au 25 octobre à Budapest. Depuis plus de 20 ans, musiciens, programmateurs, agents artistiques et représentants de labels et de maisons d’édition se donnent rendez-vous à l’occasion du plus grand salon consacré aux musiques du monde et aux musiques folkloriques. Participez vous aussi à ce rendez-vous professionnel: la FONDATION SUISA et Pro Helvetia proposent un stand commun aux participants suisses.

Womex-2014-Showcase-Audience

Rendez-vous professionnel le jour, événement musical le soir: en 2014, les nombreux showcases du Womex ont fait le bonheur le public. (Foto: Jacob Crawfurd / Womex.com)

L’ensemble des représentants suisses de la musique traditionnelle et folklorique pourront profiter du stand commun suisse proposé par la FONDATION SUISA et Pro Helvetia à l’occasion du Womex 2015. En tant que co-exposant du stand commun, vous pourrez bénéficier des avantages suivants:

  • Accréditation à prix réduit: vous bénéficiez d’une accréditation à prix réduit pour le salon.
  • Un bureau au Womex: libre utilisation de l’infrastructure du stand commun suisse.
  • Apéritif suisse: profitez de l’apéritif organisé sur le stand suisse pour entretenir votre réseau avec vos partenaires commerciaux.
  • Service personnel: bénéficiez du soutien professionnel et engagé de l’équipe du stand.

Durant la journée, les affaires …

Durant la journée, les locaux du Womex accueillent le plus grand rendez-vous commercial annuel consacré aux musiques du monde et aux musiques folkloriques. Cartes de visite, CD et adresses Internet sont échangés dans une ambiance informelle: les programmateurs de concerts, éditeurs et labels recherchent des performances hors norme, tandis que les musiciens issus de différents continents et horizons musicaux se rencontrent pour lancer des projets communs.

Malgré une activité intense, l’ambiance du salon est plutôt détendue: autour d’un verre de bière, de vodka, de vin ou encore d’un café, les participants élaborent et évaluent des offres, signent des contrats ou partagent des réflexions personnelles sur la musique et les affaires.

… et en soirée des concerts

Tous les soirs, le Womex se transforme en véritable événement musical: on y découvre des groupes venus d’Asie, jouant d’instruments peu connus sous nos latitudes, des formations de 15 instruments à vent venues d’Amérique centrale ou encore des musiciens scandinaves, des groupes de fado, d’afrobeat, etc. …

Les concerts accueillent toujours de nombreux visiteurs. Les représentants des labels, maisons d’édition et festivals s’inspirent de ces performances, et les journalistes musicaux suivent les tendances avec grand intérêt. Les amateurs de musique pourront se laisser envoûter par les représentations variées et hors du commun. A l’instar d’Erika Stucky et du groupe bernois Da Cruz, qui ont déjà conquis le public du Womex, les musiciens folkloriques suisses et de musiques du monde ont tout intérêt à se porter candidats pour participer au programme de showcases du salon.

Des astuces pratiques pour la visite du salon

Vous êtes dans le domaine des musiques folkloriques et des musiques du monde et envisagez de participer au Womex? Nous avons réuni pour vous quelques astuces pour une visite réussie:

Si vous vendez de la musique …

  • Veillez à proposer et à présenter un produit «prêt à l’emploi», soit par exemple un groupe prêt à partir en tournée et disposant d’un site Internet, de matériel promotionnel et de chansons enregistrées de manière professionnelle.
  • Connectez-vous au site Internet virtualWOMEX. Cette plate-forme vous permet d’organiser des réunions avec des partenaires commerciaux intéressants avant le début du salon. Fixez vos rendez-vous d’affaires à temps, soit au plus tard deux semaines avant l’ouverture du salon.
  • Essayez dès que possible de placer un groupe dans un showcase Womex.

Si vous achetez de la musique …

  • Utilisez également la plate-forme virtualWOMEX en tant qu’«acheteur» pour fixer vos rendez-vous commerciaux dès que possible.
  • De nombreux showcases se chevauchent. Il est recommandé de prendre connaissance du programme à l’avance, afin de ne pas manquer les rendez-vous intéressants.

Pourquoi participer au Womex?

Les principaux faits et chiffres de l’édition 2014 du Womex sont des arguments convaincants:

  • 2400 délégués et 1470 entreprises de plus de 90 pays
  • 950 programmateurs de concerts et de festivals et organisateurs de tournées
  • 450 labels, éditeurs et distributeurs
  • 500 agents de réservation, 400 agents artistiques et 250 producteurs
  • 200 journalistes musicaux venus du monde entier
  • Plus de 60 showcases avec 320 artistes sur 7 scènes
  • virtualWOMEX – your online gateway to the global music community

Rendez-vous à Budapest pour profiter vous aussi des avantages de l’édition 2015 du Womex, le plus grand salon consacré à tous les genres de musiques du monde.

Les coûts relatifs au stand commun suisse sont pris en charge par la FONDATION SUISA, en coopération avec Pro Helvetia et SUISA.

Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cette année, le Womex aura lieu du 21 au 25 octobre à Budapest. Depuis plus de 20 ans, musiciens, programmateurs, agents artistiques et représentants de labels et de maisons d’édition se donnent rendez-vous à l’occasion du plus grand salon consacré aux musiques du monde et aux musiques folkloriques. Participez vous aussi à ce rendez-vous professionnel: la FONDATION SUISA et Pro Helvetia proposent un stand commun aux participants suisses.

Womex-2014-Showcase-Audience

Rendez-vous professionnel le jour, événement musical le soir: en 2014, les nombreux showcases du Womex ont fait le bonheur le public. (Foto: Jacob Crawfurd / Womex.com)

L’ensemble des représentants suisses de la musique traditionnelle et folklorique pourront profiter du stand commun suisse proposé par la FONDATION SUISA et Pro Helvetia à l’occasion du Womex 2015. En tant que co-exposant du stand commun, vous pourrez bénéficier...Continuer

Tarif préférentiel pour le salon de la musique classique Classical:NEXT 2015 à Rotterdam

Classical:NEXT est un forum international consacré à la musique classique et contemporaine. La prochaine édition de ce salon aura lieu du 20 au 23 mai 2015 au «De Doelen International Congress Centre» de Rotterdam, Pays-Bas. Inscrivez-vous sans tarder au stand collectif suisse «music made in switzerland»! Texte: Marcel Kaufmann, FONDATION SUISA, et Manu Leuenberger

Classical-Next-Takenouchi-Showcase

Outre les stands et le programme de conférences, les showcases représentent le troisième pilier du salon Classical:NEXT. Illustration: le pianiste japonais Hiroaki Takenouchi lors de son showcase au salon 2014 à Vienne. (Photo: Eric van Nieuwland)

Les organisateurs du salon pour professionnels Classical:NEXT se sont fixés comme objectif de réunir une fois par année les représentants de tous les domaines du monde de la musique classique et contemporaine, en leur proposant des rencontres et des découvertes. Depuis la première édition du salon en 2012, les organisateurs constatent une augmentation continue du nombre de visiteurs. L’an dernier à Vienne, 900 visiteurs professionnels provenant de plus de 40 pays ont participé à l’événement. Au total, 550 sociétés de la branche du classique étaient représentées.

Classical:NEXT aura lieu pour la quatrième fois en 2015. Du 20 au 23 mai 2015, les professionnels du secteur de la musique classique et contemporaine se retrouveront au «De Doelen International Congress Centre» à Rotterdam, Pays-Bas. La FONDATION SUISA, Pro Helvetia et la Coopérative suisse des artistes interprètes (SIG) mettent à la disposition des participants suisses au Classical:NEXT le stand commun «music made in switzerland» et fournissent un code suisse d’inscription à tarif préférentiel. Grâce à ce code, les co-exposants suisses bénéficient d’une réduction de EUR 50.- par accréditation.

Informations complémentaires et lien vers l’inscription:
www.fondation-suisa.ch/classicalnext

Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Classical:NEXT est un forum international consacré à la musique classique et contemporaine. La prochaine édition de ce salon aura lieu du 20 au 23 mai 2015 au «De Doelen International Congress Centre» de Rotterdam, Pays-Bas. Inscrivez-vous sans tarder au stand collectif suisse «music made in switzerland»! Texte: Marcel Kaufmann, FONDATION SUISA, et Manu Leuenberger

Classical-Next-Takenouchi-Showcase

Outre les stands et le programme de conférences, les showcases représentent le troisième pilier du salon Classical:NEXT. Illustration: le pianiste japonais Hiroaki Takenouchi lors de son showcase au salon 2014 à Vienne. (Photo: Eric van Nieuwland)

Les organisateurs du salon pour professionnels Classical:NEXT se sont fixés comme objectif de réunir une fois par année les représentants de tous les domaines du monde de la musique classique et contemporaine, en leur proposant des rencontres et des découvertes. Depuis la première...Continuer

MusicNet 2015 à Lugano: un événement musical à 360°

La 6e édition de MusicNet a eu lieu du 16 au 18 janvier 2015 à Lugano. L’unique salon de la musique de Suisse italienne a été, comme à l’accoutumée, consacré durant trois jours à la musique sous toutes ses facettes. La manifestation était organisée et présentée par l’«Area del turismo ed eventi della città di Lugano». Les organisateurs annoncent que 18 000 visiteurs ont fréquenté la manifestation cette année.

MusicNet-2015-Charlie-Roe-live

«SUISA aide des artistes indépendants comme moi à s’y retrouver dans le monde compliqué des droits d’auteur», explique la chanteuse/compositrice tessinoise Charlie Roe, qui s’est produite avec son groupe lors de l’apéro SUISA durant la soirée d’ouverture du MusicNet. (Photo: Erika Weibel)

MusicNet comporte traditionnellement trois volets: salon de la musique, partie consacrée à la danse, avec les écoles de danse et des ateliers de mouvement, et des concerts en soirée. Cette année, le domaine de la danse et les concerts ont connu un grand succès. De nombreux participants ont tournoyé frénétiquement lors des workshops de danse; les concerts en soirée ont été très fréquentés.

Les exposants présents au MusicNet constituent généralement une palette assez variée composée de vendeurs d’instruments, des stations de radio les plus importantes du Tessin, d’éditeurs de musique d’Italie et de Suisse, de groupes de musique locaux qui souhaitent se faire connaître et de sociétés d’autres domaines du business musical. SUISA est présente depuis trois ans à cet unique salon de la musique de Suisse italienne et y propose un stand. Nous avons malheureusement dû constater un net recul du nombre des stands lors de cette 6e édition du MusicNet.

Réseautage avec SUISA lors du MusicNet

Pour la deuxième fois, SUISA a invité lors de la soirée d’ouverture du salon, en collaboration avec le «Area del turismo ed eventi della città di Lugano», les créateurs de musique, les personnalités politiques et les organisateurs de concerts à une verrée informelle. Cet apéritif a donné aux nombreux visiteurs la possibilité d’entretenir certains contacts existants et d’en créer de nouveaux. L’événement était animé musicalement par le concert de Charlie Roe, membre de SUISA.

Un aperçu de la diversité de la création musicale au Tessin lors du concours de groupes

En plus de différents concerts de musiciens confirmés de Suisse et d’Italie, les prestations de 33 groupes tessinois émergeants ont été proposées dans le cadre du concours de groupes «Palco ai giovani»; le public a fait preuve d’une belle curiosité et les groupes ont été applaudis avec enthousiasme . Le concours «Palco ai giovani» est organisé depuis 1994 et offre un tremplin aux jeunes musiciens tessinois. Le grand nombre et la diversité des groupes qui ont participé à ce concours ces vingt dernières années mettent en évidence la richesse de la création musicale au Tessin.

Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

La 6e édition de MusicNet a eu lieu du 16 au 18 janvier 2015 à Lugano. L’unique salon de la musique de Suisse italienne a été, comme à l’accoutumée, consacré durant trois jours à la musique sous toutes ses facettes. La manifestation était organisée et présentée par l’«Area del turismo ed eventi della città di Lugano». Les organisateurs annoncent que 18 000 visiteurs ont fréquenté la manifestation cette année.

MusicNet-2015-Charlie-Roe-live

«SUISA aide des artistes indépendants comme moi à s’y retrouver dans le monde compliqué des droits d’auteur», explique la chanteuse/compositrice tessinoise Charlie Roe, qui s’est produite avec son groupe lors de l’apéro SUISA durant la soirée d’ouverture du MusicNet. (Photo: Erika Weibel)

MusicNet comporte traditionnellement trois volets: salon de la musique, partie consacrée à la danse, avec les écoles de danse et des ateliers de...Continuer