Archive de tag: M4music

KT Gorique, à la conquête de l’Est

KT Gorique, membre de SUISA, a été invitée à participer au panel «Hit the World» organisé par SUISA au M4music Festival 2019 en tant qu’experte en composition de chansons dans le domaine du rap. Peu de temps après, elle est lauréate du Prix suisse de la musique 2019. Rencontre avec la rappeuse vivant en Valais qui diffuse son rap dans toute la Suisse. Texte du contributeur invité José Tippenhauer, Swissmusic.ch

KT Gorique, à la conquête de l’Est

«Elle se produit entre autres au Sénégal, au Canada et dans l’Europe entière et tient une place considérable sur la scène du rap suisse», écrit l’Office fédéral de la culture à propos de la nouvelle lauréate du Prix suisse de la musique 2019, KT Gorique. (Photo: Jérémie Carron)

KT Gorique mérite son surnom de «Couteau suisse». Après sa victoire au concours international d’improvisation rap «End of the Weak» à New York en 2012, il y a eu le film «Brooklyn» de Pascal Tessaud, où elle interprétait la jeune rappeuse Coralie. En 2016, elle a sorti son premier album, «Tentative de Survie». Et l’an dernier, elle est entrée dans les charts avec son projet «Kunta Kita». Quelques semaines après sa nomination aux Swiss Music Awards, elle continue son ascension. Elle ouvrira le concert de Nicki Minaj au Hallenstadion à Zürich, et fait partie des rares francophones à l’affiche du festival Frauenfeld. 2019 promet pour la rappeuse valaisanne avec qui nous avons parlé de la Suisse, de ses inspirations et de ses processus créatifs.

«Kunta Kita» est sorti en juillet 2018. Quel bilan en tires-tu?
KT Gorique: Ce projet a produit un gros changement dans ma carrière. Je n’aurais pas espéré la moitié de ce qui m’est arrivé grâce à lui!
Depuis sa sortie, j’ai fait une quarantaine de dates, dont mes premières en tant que tête d’affiche, et plusieurs fois c’était complet (à Saint-Gall, Lucerne, etc.). Jusqu’ici, pendant 6 ans je faisais toujours le concert de la découverte, les gens ne me connaissaient pas spécialement. Là, avec «Kunta Kita», une fan base solide s’est établie. Le paradoxe, c’est que la majeure partie vient de Suisse alémanique – alors que je chante en français. C’est incroyable!
Ce qui a beaucoup joué là-dedans, c’est que le projet est distribué par un label zurichois, FarMore Records. Et surtout, en septembre, SRF3 m’a nommée «Best Talent» du mois. C’est une radio généraliste, donc beaucoup de gens pas forcément hip-hop y ont entendu mes sons. Ça m’a amené un public différent, je le remarque à mes concerts: il y a des personnes hip-hop, des punks, des rastas, des mecs rocks, des petits, des vieux. Pour moi, c’est le plus beau cadeau. Je fais de la musique pour tout le monde, pas que pour ceux qui ont déjà les codes rap.

Maintenant que tu tournes beaucoup en Suisse allemande, comment identifies-tu ce fameux Roestigraben (barrière symbolique entre les parties francophone et germanophone du pays)?
Une grosse différence, c’est le budget que le public est prêt à débloquer. Dernièrement, j’ai fait une date à Lausanne avec des artistes de Romandie (partie francophone de la Suisse), l’entrée était 25 CHF. J’ai tout de suite pensé que les gens trouveraient ça cher, et effectivement la salle n’était pas remplie. La semaine suivante, j’étais en Suisse allemande, il y avait moi et une première partie pour 30 CHF… C’était full!
J’ai l’impression que nous les Romands, on cherche notre identité du côté français. Alors que les Suisses alémaniques, dans leur tête, ils sont Suisses! Quand ils voient des artistes suisses qui assurent, ils se disent «c’est cool parce qu’ils sont forts et surtout parce qu’ils sont Suisses!», et ils vont les encourager. Nous les Romands, comme on s’identifie plus aux Français, on a tendance à valider nos artistes que s’ils sont validés en France, ou en tout cas à l’extérieur de nos frontières. Heureusement, ça commence à changer. Dans une date récente, j’étais avec Danitsa, Comme1Flocon, SWK, et Chien Bleu. Un line-up pareil, avec que des Romands, sans aucun étranger, c’était impossible il y a 3 ans!
Pour revenir au Roestigraben, c’est marrant car quand je dis à des Romands que je vais faire des concerts en Suisse allemande, ils me répondent: «mais ils ne sont pas pire fermés d’esprit?!» Alors qu’au contraire, je me rends compte qu’ils sont deux fois plus ouverts que nous! La preuve, c’est qu’eux nous accueillent, mais que les rappeurs alémaniques sont inconnus ici.

Dans ton titre «Outta Road», tu frappes des gens vêtus de gilets jaunes. C’était avant la formation du mouvement, mais dans ta «NAYUNO Session», tu parles des «vrais» Gilets jaunes, en disant: «le jaune a la cote cet hiver, ils le portent en gilet, moi je veux tout l’ensemble». Est-ce une pique?
Au contraire, c’est un message d’encouragement. Si j’étais Française, je serais sur la route tous les jours avec eux, avec des gilets jaunes partout, même sur mes jambes!
Tout ce que j’écris, c’est de l’instinct. Quand je vois des personnes pas forcément issues des mêmes milieux sociaux se rassembler pour faire valoir leurs droits en tant qu’humains – parce qu’elles sont dans une position injuste et invivable –, je trouve ça beau! Donc «je veux tout l’ensemble», c’est pour dire «je suis avec vous jusqu’au bout»!

Parlons de ton processus créatif justement. Qu’entends-tu par «écrire à l’instinct»?
Pour créer des textes, avant toute chose, j’ai besoin d’un beat. Si je n’en ai pas, ça m’arrive d’écrire un peu, mais ce ne sera jamais un morceau entier. Quand je veux me lancer dans une chanson, j’ai automatiquement besoin d’avoir de la musique, c’est elle qui dicte mes mots.
Niveau inspiration, ma source, c’est le quotidien. Il y a plein de choses dans la vie auxquelles je suis sensible. Ça peut venir de ce que je vois, ce que je vis, ce que j’entends, des expériences de gens autour de moi, de ma famille, ou de difficultés que je rencontre. Ça peut être très personnel, mais aussi plus global – comme dans l’exemple des Gilets jaunes.
De là, la musique et les émotions vont me guider. J’essaie de me connecter à ce que je ressens et le mettre en forme sur le rythme. J’écris assez souvent sur mon ordinateur, sinon, quand je veux garder ce truc de l’instinct justement, être incisive, j’écris mes textes directement dans la tête. Je fais une phrase après l’autre, et je les retiens au fur et à mesure, sans avoir besoin de retranscrire tout ça sur une feuille. Les mélodies de voix et le flow suivront alors naturellement, en fonction de ce que je veux raconter. Via cette méthode, j’ai l’impression d’être beaucoup plus instinctive, directe dans ce que je veux dire et dans ma manière de poser.

En plus d’écrire tes textes, tu composes aussi tes propres beats. Là encore, comment procèdes-tu? Tu commences par quelles sonorités?
Je compose de temps à temps, oui. En principe, je vais avoir une base, une petite vibe, comme une énergie, soit mélancolique, soit un peu reggae, soit un peu cainfri (NDLR : «africaine») par exemple. Je pars toujours d’une sorte de couleur qu’il y a dans ma tête, c’est vraiment très abstrait en fait. J’essaie ensuite de retranscrire mélodieusement parlant ce que j’ai en tête, en utilisant plein de samples sur mon clavier MIDI. Je cherche, je cherche, je cherche … Jusqu’à trouver le son ou les notes qui me parlent. Je commence alors avec la mélodie de base, et de là je vais construire autour. Je vais continuer comme ça jusqu’à ce que mon instrumental soit composé.

KT Gorique sur Youtube

L’interview avec KT Gorique a été réalisée pour le dossier «A la découverte du rap romand» sur Swissmusic.ch et y a été publiée en mars 2019.

Articles en relation
Toute la diversité de la musique suisse réunie à Label SuisseToute la diversité de la musique suisse réunie à Label Suisse Le festival Label Suisse s’est tenu pour la huitième fois à Lausanne, du 14 au 16 septembre 2018. Organisé tous les deux ans, cet événement, dédié à la création musicale en Suisse, offre au public un large panorama de l’actuel paysage musical dans notre pays. Continuer
Mes compos, mais pas mes beatsMes compos, mais pas mes beats Avec la mélodie c’est un tube, mais le groove n’y est pas. Tandis qu’on fredonne déjà les paroles géniales, depuis plusieurs jours il manque le rythme dans le sang. De nombreuses raisons peuvent expliquer le recours à des beats d’un autre compositeur pour un de nos propres morceaux. Gardez le tempo, même dans un cadre formel, avec ces quelques conseils juridiques et astuces pratiques en lien avec l’achat de beats (instrus). Continuer
Marc Sway: «On écrit bien plus de chansons qu’il n’en faut pour un album» | avec vidéo«On écrit bien plus de chansons qu’il n’en faut pour un album» | avec vidéo Lors d’une visite dans son studio en janvier 2018, Marc Sway, membre de longue date de SUISA, nous a offert un aperçu de son travail et de son quotidien en tant que musicien professionnel. Le single «Beat Of My Heart» est sorti mi-octobre 2018, annonçant d’ores et déjà le prochain album dont le processus de création fut l’un des thèmes principaux de cet interview-vidéo. Continuer
Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

KT Gorique, membre de SUISA, a été invitée à participer au panel «Hit the World» organisé par SUISA au M4music Festival 2019 en tant qu’experte en composition de chansons dans le domaine du rap. Peu de temps après, elle est lauréate du Prix suisse de la musique 2019. Rencontre avec la rappeuse vivant en Valais qui diffuse son rap dans toute la Suisse. Texte du contributeur invité José Tippenhauer, Swissmusic.ch

KT Gorique, à la conquête de l’Est

«Elle se produit entre autres au Sénégal, au Canada et dans l’Europe entière et tient une place considérable sur la scène du rap suisse», écrit l’Office fédéral de la culture à propos de la nouvelle lauréate du Prix suisse de la musique 2019, KT Gorique. (Photo: Jérémie Carron)

KT Gorique mérite son surnom de «Couteau suisse». Après sa victoire au concours international d’improvisation...Continuer

M4music: Hit the World – voici comment travaillent les compositrices de tubes internationaux!

Vous êtes-vous déjà demandé de quelle manière sont créés des tubes? Comment une chanson réussit-elle soudainement à faire danser toutes les générations? SUISA cherche à répondre à ces questions et, dans ce but, organise un panel de discussion à l’occasion du M4music 2019. Texte d’Erika Weibel

M4music: Hit the World – voici comment travaillent les compositrices de tubes internationaux!

A l’occasion du débat SUISA «Hit the World» au M4music Festival 2019, KT Gorique et Valeska Steiner (en haut, de g. à dr.) avec Laurell Barker et Shelly Peiken (en bas, de g. à dr.) échangeront sur le thème de la composition. (Photos: Jeremie Carron, Christoph Köstlin, Phantasm, Aerin Moreno)

Certaines compositrices et compositeurs écrivent leurs chansons de manière individuelle, à l’inverse d’autres écrivent en commun. Parfois, les compositeurs composent pour eux-mêmes, mais parfois pour des interprètes de différents horizons musicaux. Comment s’y prennent-ils? Les compositrices et compositeurs peuvent-ils prévoir un tube musical? Peut-on vivre de l’écriture musicale?

Débat SUISA Hit the World: quatre compositrices racontent

Dans le cadre du M4music Festival, vendredi 15 mars 2019, SUISA organise un débat avec des spécialistes en la matière pour répondre précisément à ces questions. A cette fin, SUISA a invité quatre compositrices qui ont déjà connu des succès internationaux et nationaux dans le domaine de la musique pop et urbaine.

Une des participantes compose notamment pour Miley Cyrus, Céline Dion, Selena Gomez, Meredith Brooks ou Christina Aguilera. Une autre a déjà contribué à la composition de plusieurs centaines de chansons et voyage dans le monde entier, d’une session de composition à l’autre. La troisième est une compositrice-interprète suisse reconnue dans le pays et aussi à l’étranger. La quatrième écrit actuellement les plus belles pages de l’histoire du hip-hop suisse: en 2012, à tout juste 21 ans, elle a été la première femme à remporter le Freestyle-Rap-WM, à New York. Elle crée à la fois les paroles et les beats et sillone l’Europe et le monde avec succès depuis des années.

Les quatre compositrices, Valeska Steiner, KT Gorique, Laurell Barker et Shelly Peiken échangeront pendant une heure autour du thème de la composition de chansons à succès et sur la manière dont elles composent. De quoi dépend le succès selon elles? Comment parviennent-elles à surmonter les défis auxquels elles sont confrontées?

Débat SUISA au M4music: Hit the World – quatre compositrices racontent
Vendredi 15 mars 2019, 15 h00 à 16 h 15, Matchbox

Intervenantes:
Valeska Steiner, musicienne, BOY, Zurich
KT Gorique, musicienne, Sion
Laurell Barker, musicienne, Vancouver/Zurich
Shelly Peiken, musicienne, Los Angeles

Animation:
Nina Havel, Zurich

www.m4music.ch

Articles en relation
Travail d’équipe créatif lors du camp de composition SUISA 2018 | avec vidéoTravail d’équipe créatif lors du camp de composition SUISA 2018 | avec vidéo Un camp de composition, organisé par SUISA en collaboration avec Pele Loriano Productions, s’est tenu pour la deuxième année consécutive aux Powerplay Studios à Maur. 36 musiciennes et musiciens de 8 pays ont pris part aux 3 jours de cet événement en juin 2018. Résultat: 19 chansons pop aux inspirations et styles différents. Continuer
Debrah Scarlett: «En tant qu’auteur-compositeur, on est une sorte de loup solitaire»«En tant qu’auteur-compositeur, on est une sorte de loup solitaire» Debrah Scarlett était déjà connue sur la scène internationale avant de sortir son premier EP «DYS(U)TOPIA» à la mi-mars. Au préalable, cette musicienne norvégo-suisse a rejoint SUISA. Continuer
Festival Archip-elles – girl powerFestival Archip-elles – girl power Le festival genevois pour la création musicale contemporaine a décidé de consacrer son édition 2019 à la musique écrite par les femmes. Archip-elles présente des œuvres de compositrices issues de toutes les générations, origines et courants artistiques. Les membres de SUISA sont invités au festival le vendredi 5 avril 2019. Continuer
Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous êtes-vous déjà demandé de quelle manière sont créés des tubes? Comment une chanson réussit-elle soudainement à faire danser toutes les générations? SUISA cherche à répondre à ces questions et, dans ce but, organise un panel de discussion à l’occasion du M4music 2019. Texte d’Erika Weibel

M4music: Hit the World – voici comment travaillent les compositrices de tubes internationaux!

A l’occasion du débat SUISA «Hit the World» au M4music Festival 2019, KT Gorique et Valeska Steiner (en haut, de g. à dr.) avec Laurell Barker et Shelly Peiken (en bas, de g. à dr.) échangeront sur le thème de la composition. (Photos: Jeremie Carron, Christoph Köstlin, Phantasm, Aerin Moreno)

Certaines compositrices et compositeurs écrivent leurs chansons de manière individuelle, à l’inverse d’autres écrivent en commun. Parfois, les compositeurs composent pour eux-mêmes, mais parfois pour des interprètes de différents horizons musicaux. Comment s’y prennent-ils? Les compositrices et...Continuer

M4music, débat sur le droit d’auteur: le streaming, une mine d’or?

Lors du M4music 2018, SUISA présente un panel sur le streaming. Entre autres, les participants discuteront de la question de savoir si les artistes profitent suffisamment du marché du streaming en plein essor et – si ce n’est pas le cas – ils se demanderont ce qui devrait changer. Texte d’Erika Weibel

M4music, débat sur le droit d’auteur: le streaming, une mine d’or?

La 21e édition de M4music aura lieu du 22 mars au 24 mars 2018. (Photo: M4music)

Les chiffres d’affaires des services de streaming sont en hausse: vidéos, textes, photos et fichiers audio sont plus que jamais utilisés sur le Net. Les bénéficiaires ne sont pourtant pas les auteurs des œuvres, mais les grands acteurs tels que Google, Facebook, etc. Comment se présente l’avenir si la création de valeur a surtout lieu au sein des grandes firmes internet, alors que les fournisseurs de contenus – les acteurs de la création culturelle – repartent les mains vides?

Quel avenir pour la création? Quels seraient les scénarios possibles et les moyens de garantir un revenu correct pour les artistes?

Nous nous réjouissons d’accueillir de nombreux participants, qui auront bien entendu la possibilité de prendre part à la discussion.

Rendez-vous:

vendredi 23 mars 2018 à 17h
Matchbox au Schiffbau, Zurich

Le panel aura lieu en allemand, avec traduction en français.

La 21e édition de M4music aura lieu du 22 mars au 24 mars 2018. Le festival de musique pop du Pour-cent culturel Migros propose une fois de plus un programme très riche à Lausanne et Zurich: Des concerts de plus de 50 groupes suisses et internationaux, des tables rondes et des ateliers sur des sujets d’actualité de l’industrie de la musique.

www.m4music.ch/fr/conference

Articles en relation
Révision du droit d’auteur: les auteurs et éditeurs doivent pouvoir mieux profiter de l’utilisation en ligne de leurs œuvresRévision du droit d’auteur: les auteurs et éditeurs doivent pouvoir mieux profiter de l’utilisation en ligne de leurs œuvres Le Conseil fédéral a adopté le message relatif à la nouvelle loi sur le droit d’auteur. SUISA est globalement satisfaite de cette version de la loi. Les solutions élaborées au sein du groupe de travail sur le droit d’auteur (AGUR12 II) ont été reprises. Pour que les auteurs, les interprètes, les éditeurs et les producteurs puissent profiter de la numérisation, il est néanmoins urgent d’y apporter des compléments importants. Continuer
«Stream ripping» – magnétophone sur Internet«Stream ripping» – magnétophone sur Internet Un logiciel de «stream ripping» sert à enregistrer des fichiers audio et vidéo. Il est ainsi possible d’enregistrer une copie complète d’une oeuvre sous forme de fichier. La loi suisse sur le droit d’auteur prévoit une rémunération pour la copie privée qui s’applique aux supports d’enregistrement et de sauvegarde. Les applications de «stream ripping» ne sont pas comprises dans l’obligation de rémunération légale – tout comme le magnétophone avant elles. Continuer
Changements en ce qui concerne la répartition des recettes provenant des utilisations sur InternetChangements en ce qui concerne la répartition des recettes provenant des utilisations sur Internet De nouvelles clés de répartition seront appliquées pour la répartition des recettes provenant des utilisations sur Internet (offres «on demand» audio et vidéo). Pour le téléchargement, la clé de répartition suivante sera appliquée: 25% pour les droits d’exécution et 75% pour les droits de reproduction. Pour le streaming, elle sera de 75% pour les droits d’exécution et 25% pour les droits de reproduction. Continuer
Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Lors du M4music 2018, SUISA présente un panel sur le streaming. Entre autres, les participants discuteront de la question de savoir si les artistes profitent suffisamment du marché du streaming en plein essor et – si ce n’est pas le cas – ils se demanderont ce qui devrait changer. Texte d’Erika Weibel

M4music, débat sur le droit d’auteur: le streaming, une mine d’or?

La 21e édition de M4music aura lieu du 22 mars au 24 mars 2018. (Photo: M4music)

Les chiffres d’affaires des services de streaming sont en hausse: vidéos, textes, photos et fichiers audio sont plus que jamais utilisés sur le Net. Les bénéficiaires ne sont pourtant pas les auteurs des œuvres, mais les grands acteurs tels que Google, Facebook, etc. Comment se présente l’avenir si la création de valeur a surtout lieu au sein des grandes firmes internet, alors que les fournisseurs...Continuer

SUISA à la 20e édition du Festival m4music

Au cours des vingt dernières années, le Festival m4music est devenu un rendez-vous incontournable de la pop suisse. Pour son jubilé, le Festival offre en 2017 de nombreuses opportunités de networking, des réunions d’information, des soirées de concerts ainsi qu’une Showcase Stage pour les jeunes talents suisses. Grâce à ces multiples activités, le public pourra découvrir la diversité de la scène musicale actuelle. Texte d’Erika Weibel

SUISA à la 20e édition du Festival m4music

En 2016, plus de 700 chansons ont été envoyées pour la Demotape Clinic. Veronica Fusaro (photo) a reçu le premier Prix «Demo of the Year» pour sa chanson «Come To Naught» et le «FONDATION SUISA Award» dans la catégorie Pop. (Photo: Alessandro Della Bella)

SUISA soutient le Festival m4music depuis de nombreuses années. Cette année encore, les musiciens pourront profiter de l’expertise des collaborateurs de SUISA à l’occasion de deux tables rondes et étoffer leur réseau lors de l’apéritif destiné aux professionnels. En outre, SUISA sponsorise la Showcase Stage, où les jeunes talents suisses peuvent présenter leur musique au public du Festival.

La FONDATION SUISA pour la promotion de la musique est le principal partenaire de la Demotape Clinic – un événement dont la réputation n’est plus à prouver – qui a lieu dans le cadre du Festival m4music. Dans les domaines Rock, Pop, Urban et Electronic, les meilleures chansons parmi les démos reçues seront récompensées par les «FONDATION SUISA Awards». Le premier Prix «Demo of the Year» sera également remis en partenariat avec le «Pour-cent culturel Migros». La cérémonie des Awards se tiendra le samedi 1er avril 2017 à 19h00, au Box de Schiffbau. En parallèle, la FONDATION SUISA remettra, en collaboration avec les Journées de Soleure et m4music, les Prix récompensant les «Best Swiss Video Clips 2017».

Toutes les réunions d’information et les représentations de la Showcase Stage sont gratuites.

Tables rondes m4music 2017 avec la participation de SUISA

Vendredi 31 mars 2017, 14h45, Matchbox
Discussion sur les questions de droits d’auteur: extrait, remix, mashup

Les extraits et remix sont monnaie courante dans la branche musicale. Cependant, ce thème est au cœur de discussions animées et soulève des interrogations auprès des professionnels de la musique: qu’est-ce qui est autorisé, qu’est-ce qui ne l’est pas? Quels sont les droits à acquérir, où les trouver, quand et auprès de qui? Autant de questions qui prennent une nouvelle dimension en ces temps de révolution numérique. La loi régissant le droit d’auteur est-elle en mesure d’y répondre de manière adaptée? Cette table ronde sera présentée par SUISA.

Samedi 1er avril 2017, 17h45, Matchbox
Blockchain: plus qu’une tendance?

La blockchain est la technologie du moment. Aucun autre sujet ne déchaîne autant les passions des fondateurs, investisseurs et experts en stratégie informatique que le concept de monnaie digitale Bitcoin. Dans le secteur financier, il se murmure que la blockchain aurait le potentiel pour révolutionner la branche économique. Elle permet en effet des transactions ultra-rapides et entièrement sécurisées, le tout sans intermédiaire. C’est également un débat dans l’industrie musicale: les recettes pourraient être réparties automatiquement et en toute sécurité entre les ayants droit, ce qui pourrait considérablement modifier les rapports de force qui existent au sein de l’industrie. Mais comment fonctionne exactement la blockchain? Cette discussion permettra de présenter le sujet et de débattre des opportunités et défis pour les musiciens et les sociétés de gestion. Andreas Wegelin, Directeur général de SUISA, sera l’un des participants au débat.

www.m4music.ch

Articles en relation
«Rien ne vaudra jamais une chanson bien écrite» Pour Tobias Jundt, son succès international avec Bonaparte constitue aujourd’hui le point culminant de sa longue carrière d’auteur-compositeur. Il a composé plusieurs centaines de titres, créé dans une large variété stylistique, pour ou avec d’autres artistes. Ce Bernois qui vit à Berlin transmet ses connaissances et son expérience de compositeur en tant que professeur invité à la Haute école des arts de Zurich dans la matière «Songwriting». Voici une interview avec ce membre de SUISA nominé au Grand Prix de musique 2016 et qui se produira avec son nouveau groupe Mule & Man au Festival Label Suisse à Lausanne. Continuer
Un second départ pour la révision de la loi suisse sur le droit d’auteur L’avant-projet du Conseil fédéral pour une révision de la loi suisse sur le droit d’auteur n’a pas trouvé de majorité dans le cadre de la procédure de consultation. Simonetta Sommaruga, la Conseillère fédérale compétente en la matière, a par conséquent à nouveau convoqué un groupe de travail. L’AGUR12 II est chargé d’élaborer jusqu’à fin 2016 des propositions concrètes de dispositions légales, en se fondant sur le compromis de l’AGUR12, qui date de plus de 2 ans déjà. Continuer
Textes de chansons: «ça fonctionne donc c’est permis» La FONDATION SUISA réserve cette année son prix de reconnaissance (25 000 francs) aux parolières et paroliers. Mais quelles sont les caractéristiques de paroles réussies ? Markus Ganz, contributeur invité, s’entretient avec le journaliste Jean-Martin Büttner. Continuer
Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Au cours des vingt dernières années, le Festival m4music est devenu un rendez-vous incontournable de la pop suisse. Pour son jubilé, le Festival offre en 2017 de nombreuses opportunités de networking, des réunions d’information, des soirées de concerts ainsi qu’une Showcase Stage pour les jeunes talents suisses. Grâce à ces multiples activités, le public pourra découvrir la diversité de la scène musicale actuelle. Texte d’Erika Weibel

SUISA à la 20e édition du Festival m4music

En 2016, plus de 700 chansons ont été envoyées pour la Demotape Clinic. Veronica Fusaro (photo) a reçu le premier Prix «Demo of the Year» pour sa chanson «Come To Naught» et le «FONDATION SUISA Award» dans la catégorie Pop. (Photo: Alessandro Della Bella)

SUISA soutient le Festival m4music depuis de nombreuses années. Cette année encore, les musiciens pourront profiter de l’expertise des collaborateurs de SUISA à...Continuer

Petit bilan du Festival M4music 2016 vu par SUISA

La 19e édition du Festival M4music a eu lieu à la mi-avril 2016. SUISA était à nouveau de la partie en tant que partenaire, et a notamment présenté une table ronde à Lausanne et une autre à Zurich. Les créateurs de musique ont également pu soigner leur réseau lors du traditionnel apéritif SUISA et Swissperform réservé aux professionnels. Texte de Michael Welti

M4music-2016-Schiffbau

Le M4music 2016 a attiré environ 6000 passionnés de musique et 850 professionnels à Zurich et Lausanne. (Photo: Pour-cent culturel Migros)

Outre de nombreux concerts avec des groupes suisses et internationaux, le festival M4music a une nouvelle fois proposé un programme annexe très riche, avec des workshops et des panels. SUISA a participé à l’organisation de deux tables rondes sur des questions actuelles concernant le marché suisse de la musique.

Lausanne: débat sur les redevances en cas de concerts

M4music-2016-Panel-Le-Romandie

Débat sur l’organisation de concerts en Suisse lors du Festival M4music à Lausanne avec (de g. à d.): Gil Vassaux, Yvan Jaquemet, Patrick David, Michael Drieberg, Nadia Demont et Stéphane Gobbo (animation). (Photo: Erika Weibel)

Lors de la journée d’ouverture du festival, le club lausannois Le Romandie a accueilli un panel portant le titre suivant: «Organiser des concerts en Suisse: rien que des frais?». En début de débat, Nadia Demont, de SUISA Lausanne, a rappelé exemple à l’appui que plusieurs auteurs peuvent être ayants droit sur un titre.

Pour 20 chansons de Johnny Hallyday, il peut y avoir au total 49 ayants droit, a expliqué Nadia Demont. Alors que le cachet en cas de concert va à l’interprète -ici Johnny Hallyday-, par le biais des redevances SUISA, une rémunération est également assurée aux compositeurs et paroliers pour leur travail.

Les participants ont débattu du système tarifaire de SUISA et estimé que certaines améliorations pouvaient être apportées. Un manque de transparence concernant les différents rabais accordés sur les redevances a par exemple été relevé. Dans ce contexte, on a un peu vite oublié que les conditions tarifaires détaillées sont aisément accessibles, notamment sur le site Internet de SUISA.

Des critiques ont également été émises par les organisateurs de concerts sur le montant des redevances de droit d’auteur à payer. La totalité du risque financier est assumée par l’organisateur et les marges sont faibles. Michael Drieberg (Live Music Production) a ainsi fait remarquer: «Les belles années avec U2 et Tina Turner sont derrière nous. Aujourd’hui, c’est un fait, nous gagnons moins.»

Zurich: le droit d’auteur à l’ère d’Internet

M4music-2016-Panel-Moods

Les participants au débat présenté par SUISA lors du M4music à Zurich (de g. à d.): Willi Egloff, Martin Steiger, Marina Villa (animation), Patrick Dehmer, Fabian Niggemeier. (Photo: Erika Weibel)

L’après-midi du deuxième jour du festival, le Moods de Zurich a accueilli une table ronde sur le thème suivant: «Quelle place pour le droit d’auteur sur Internet?». Quel rôle joue le droit d’auteur en lien avec les évolutions technologiques numériques? Bride-t-il la créativité, ou est-ce plutôt lui qui permet à cette créativité de s’épanouir en prévoyant une rémunération des auteurs pour leur travail?

Lors du panel, il a rapidement été constaté que la discussion autour du droit d’auteur est complexe. Si d’un côté les contenus protégés doivent être utilisables, de l’autre les auteurs doivent également être rémunérés correctement pour leur travail.

Le modèle de l’industrie du film critiqué

Durant la discussion, il a été mis en évidence que la cause des infractions contre le droit d’auteur sur Internet provient souvent du manque de conscience de la situation d’illégalité, ou de l’ignorance des utilisateurs. Les modèles de mise en valeur avec publication «décalée dans le temps», comme le fait encore l’industrie du film, ont été mentionnés comme incitation possible à des comportements abusifs d’utilisation.

Willi Egloff, de l’Association suisse des producteurs de films, a répondu que les producteurs de films ne pouvaient financièrement se permettre de sortir un film dans le monde entier au même moment dans plusieurs langues. Il a signalé que les coûts de production pour un film suisse bon marché sont d’environ 1 million de francs suisses. Ces dépenses ne peuvent être récupérées que par des ventes de billets et précisément par la mise en valeur au moyen d’une publication décalée dans le temps.

Contre le manque de conscience de la situation d’illégalité et l’ignorance de certains utilisateurs, des messages d’avertissement pourraient constituer une mesure utile, a estimé Fabian Niggemeier de SUISA. Par exemple dans le cas où des parents, détenteur d’une connexion Internet, apprennent par un avertissement que leur enfant se comporte de manière illégale sur Internet.

Nécessité d’une révision du droit d’auteur

Les participants à la discussion n’étaient pas du même avis sur la question de la nécessité ou de la possibilité de bloquer des sites Internet qui violent le droit d’auteur. Ils ont par contre été unanimement d’accord quant à la nécessité d’adapter la loi sur le droit d’auteur aux réalités d’Internet.

Fabian Niggemeier a cependant émis l’avertissement suivant: la loi suisse sur le droit d’auteur devrait rester neutre par rapport aux technologies. Par exemple, la proposition actuelle de révision de la loi mentionne la technologie «peer-to-peer». Cela n’a pas de sens: «Dans dix ans, cette technologie n’aura plus d’importance», a estimé Fabian Niggemeier. Et de nouvelles technologies vont apparaître, ce qui nécessiterait à chaque fois une adaptation compliquée de la loi.

Apéritif pour professionnels, scène de showcases et demotape clinic

L’apéritif SUISA/Swissperform pour professionnels à Zurich a une nouvelle fois été fréquenté par un très grand nombre de créateurs de musique, et mis à profit pour nouer de nouveaux contacts ou entretenir le réseau existant. A Lausanne, le «Coffee and Cake by SUISA», organisé pour la seconde fois lors de cette édition, a également permis de soigner les contacts.

SUISA est aussi partenaire du Showcase Stage organisé par Swissperform. Les groupes suisses et musiciens se présenteront au public et seront sur scène vendredi et samedi à Zurich.

Lors de la demotape clinic de cette année, le prix principal «Demo of the Year 2016» a été remporté par Veronica Fusaro & Band, de Thoune, pour le titre «Come To Naught». Les «FONDATION SUISA Awards» dans les catégories rock, pop, urban et electronic sont allés à:

  • Catégorie pop: Veronica Fusaro & Band (BE) pour «Come To Naught»
  • Catégorie electronic: Audio Dope (BS) pour «Unconditional (feat. Emilia Anastazja)»
  • Catégorie rock: John Gailo (ZH) pour «Brain»
  • Catégorie urban: Pink Flamingo (GE) pour «She Goes»
Articles en relation
Label-Suisse_IntroLaissez-vous emporter par la musique suisse au Festival Label Suisse 86 spectacles, 7 salles de concert, une scène en plein air, le «Marché de la Musique» et la remise du premier Prix suisse de musique par l’Office fédéral de la culture (OFC). Face à l’offre abondante de Label Suisse 2014, il était nécessaire de dresser une feuille de route pour ce voyage découverte à travers le programme du festival. Tout voir et ne rien manquer était mission impossible. Continuer
MaMA-2015-GruppenfotoCollaboration avec le MaMA: un succès qui se confirme Jeudi 15 octobre 2015, s’est tenu pour la troisième fois le Swiss Business Mixer dans le cadre du Festival MaMa à Paris. A l’issue de l’événement, Marc Ridet nous a accordé une brève entrevue. Marc Ridet est directeur de Swiss Music Exports et s’occupe principalement du soutien aux artistes suisses qui souhaitent se faire un nom sur le marché musical francophone. Continuer
Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

La 19e édition du Festival M4music a eu lieu à la mi-avril 2016. SUISA était à nouveau de la partie en tant que partenaire, et a notamment présenté une table ronde à Lausanne et une autre à Zurich. Les créateurs de musique ont également pu soigner leur réseau lors du traditionnel apéritif SUISA et Swissperform réservé aux professionnels. Texte de Michael Welti

M4music-2016-Schiffbau

Le M4music 2016 a attiré environ 6000 passionnés de musique et 850 professionnels à Zurich et Lausanne. (Photo: Pour-cent culturel Migros)

Outre de nombreux concerts avec des groupes suisses et internationaux, le festival M4music a une nouvelle fois proposé un programme annexe très riche, avec des workshops et des panels. SUISA a participé à l’organisation de deux tables rondes sur des questions actuelles concernant le marché suisse de la musique.

Lausanne: débat sur...Continuer

SUISA au Festival M4music 2016

La communication et les échanges intenses entre experts sont des facteurs essentiels lorsqu’il s’agit d’aborder des questions complexes et de proposer des solutions pratiques. Pour cette raison, SUISA organise deux débats sur des thèmes brûlants avec des représentants de points de vue différents durant le Festival M4music 2016.

m4music-2015-suisa-panel-podium

Sur la scène lors du débat contradictoire sur le droit d’auteur au M4music 2015 (de g. à d.): Tim Cole, Andreas Ryser, Andreas Wegelin, Marc Sway, Michel Rudin, Ruedi Noser et l’animateur Eric Facon. (Photo: Giorgio Tebaldi)

Au cœur de la discussion à Lausanne: un marché de la musique live saturé. A Zurich, les spécialistes tenteront de trouver une solution pour concilier les intérêts des internautes et ceux des fournisseurs de contenus. L’accès aux débats est gratuit. Nous serions ravis d’y accueillir de nombreux membres SUISA.

«Organiser des concerts en Suisse: le jeu en vaut-il la chandelle?»
Jeudi 14 avril 2016, de 16h00 à 17h30 (Le Romandie, Place de l’Europe 1a, Lausanne)

Le très grand nombre de concerts organisés laisse voir un marché de la musique live saturé. Les artistes, mais également les organisateurs de concerts, sont actuellement confrontés à d’importants défis économiques. Comment peut-on néanmoins se faire une place en tant qu’organisateur de concerts, tout en maintenant une qualité élevée pour un public de plus en plus exigeant et gagner de l’argent malgré tout? Les artistes ont-ils encore besoin de redevances de droits d’auteur, malgré leurs cachets (exorbitants)?

«Quels droits d’auteur pour Internet?»
Vendredi 15 avril 2016 de 16h00 à 17h15 (Moods, Schiffbau Zurich)

Internet a radicalement bouleversé le monde de la musique. D’une part, les artistes ont d’innombrables possibilités de promouvoir et de commercialiser leur musique directement et à des conditions avantageuses. D’autre part, ils sont de moins en moins en mesure de décider où et comment leurs chansons sont utilisées. Les consommateurs peuvent, quant à eux, télécharger – souvent illégalement – de la musique via une multitude de sites Internet et d’applications Musique, et en profiter en streaming où bon leur semble. En outre, un utilisateur un peu doué en technique peut, grâce à Internet, créer et publier de nouveaux contenus sur la base d’œuvres protégées par le droit d’auteur. Quel rôle joue alors le droit d’auteur dans ce contexte? Est-il un frein à la créativité ou permet-il aux auteurs d’être rémunérés pour leur travail?

Articles en relation
URE-KonzertveranstalterQuelles redevances de droit d’auteur un organisateur de concerts paye-t-il?  La question revient souvent: à combien s’élèvent les redevances de droit d’auteur pour les concerts? La réponse devrait intéresser aussi bien les clients que les membres de SUISA; les organisateurs de concerts ont tout intérêt à intégrer le montant correspondant aux droits d’auteur aux budgets de leurs manifestations. Les membres SUISA ont la possibilité de prévoir quels seront leurs revenus, si les principes généraux du calcul de telles redevances sont connus. Continuer
URG-VernehmlassungDroit d’auteur: quo vadis? En décembre 2015, le Conseil fédéral a présenté son projet de révision du droit d’auteur et a ouvert une procédure de consultation à son sujet, qui se terminera à fin mars 2016. SUISA soutient les mesures proposées lorsqu’elles sont tirées du compromis négocié au sein de l’AGUR12 (un groupe de travail des milieux intéressés, créé par la Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga en 2012, auquel SUISA a participé). Certaines propositions sont toutefois insuffisantes, tandis que d’autres menacent l’équilibre de ce compromis. Continuer
Musik-im-InternetSelon le droit suisse, la mise à disposition de contenus de tiers sur son site Internet doit être indemnisée L’exploitant d’un site Internet ne peut pas disposer sans autorisation des droits d’auteur relatifs à des contenus de tiers. Lorsque de tels contenus sont utilisés, le droit suisse prévoit l’obligation d’obtenir une autorisation de l’auteur, indépendamment de la technique d’intégration utilisée. SUISA octroie des licences pour les utilisations en ligne de musique, y compris la musique contenue dans des vidéos, qu’elle négocie au cas par cas. Continuer
Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

La communication et les échanges intenses entre experts sont des facteurs essentiels lorsqu’il s’agit d’aborder des questions complexes et de proposer des solutions pratiques. Pour cette raison, SUISA organise deux débats sur des thèmes brûlants avec des représentants de points de vue différents durant le Festival M4music 2016.

m4music-2015-suisa-panel-podium

Sur la scène lors du débat contradictoire sur le droit d’auteur au M4music 2015 (de g. à d.): Tim Cole, Andreas Ryser, Andreas Wegelin, Marc Sway, Michel Rudin, Ruedi Noser et l’animateur Eric Facon. (Photo: Giorgio Tebaldi)

Au cœur de la discussion à Lausanne: un marché de la musique live saturé. A Zurich, les spécialistes tenteront de trouver une solution pour concilier les intérêts des internautes et ceux des fournisseurs de contenus. L’accès aux débats est gratuit. Nous serions ravis d’y accueillir de nombreux membres...Continuer

«Trouver sa voie dans le monde professionnel de la musique? Respect!»

A propos de la musique comme composante essentielle de notre vie, de la découverte d’artistes, des possibilités du commerce en ligne, des moments magiques offerts par les concerts et de l’encouragement de la musique suisse dès les premiers pas. Carte blanche à Hedy Graber, Cheffe de la division Culture et affaires sociales, Fédération des coopératives Migros

Hedy-Graber-Porträt

Hedy Graber, née en 1961, a étudié l’histoire de l’art et la littérature allemande à l’Université de Genève, ainsi que la photographie à l’Ecole d’Arts Visuels. La «cheffe de la culture de Migros» apprécie beaucoup les moments magiques offerts par les concerts: «A mon avis, rien ne va au-delà de ce qui peut se passer musicalement sur une scène.» (Photo: Nathalie Bissig)

Récemment, dans le TGV qui m’emmenait en vacances dans le sud de la France, j’ai enfin à nouveau eu l’occasion de dévorer plusieurs journaux. Je suis alors tombée sur une critique élogieuse de «Taziri», l’album de deux musiciens que je ne connaissais pas, Titi Robin et Mehdi Nassouli. Ma curiosité ayant été éveillée, j’ai téléchargé cet album sur Spotify et ai beaucoup aimé cette musique. Il y a quelques années, j’aurais certes noté le nom du groupe, mais des semaines se seraient certainement écoulées jusqu’à un éventuel achat en magasin. Je profite de plus en plus des possibilités offertes par le commerce en ligne, en sachant que les droits des artistes sont respectés, c’est-à-dire que ceux-ci toucheront leurs droits. Je serais passée à côté de beaucoup de musique et de beaucoup de découvertes – comme l’album mentionné – si les possibilités de téléchargement immédiat n’avaient pas existé.

Le Pour-cent culturel Migros a créé son propre label de CD Musiques Suisses en 1987, pour la musique classique suisse, le jazz suisse et la nouvelle musique populaire, avec comme objectif de constituer en quelque sorte des archives vivantes de la musique suisse. Il est vrai que les ventes de CD diminuent également constamment pour Musiques Suisses, mais le téléchargement constitue dans ce cas un moyen d’accéder rapidement et aisément à la musique. Nous constatons que «notre» musique est écoutée par un cercle grandissant d’amateurs, particulièrement au Japon, mais également dans d’autres pays éloignés. Les musiciennes et musiciens présentés dans le cadre de Musiques Suisses gagnent ainsi en notoriété, et c’est réjouissant.

La musique fait partie de nos vies, de la musique qui nous fait patienter au téléphone à la musique de fond dans les magasins en passant par celle des musiciens de rue. Ces sons parviennent à nos oreilles souvent indépendamment de notre volonté. La musique, probablement l’art le plus immédiat, devient une composante de notre environnement immédiat. Et c’est précisément pour cela qu’il devient important de savoir distinguer et écouter de manière attentive. Et où peut-on le faire mieux qu’en concert? A mon avis, rien ne va au-delà de ce qui peut se passer musicalement sur une scène: interprétation, nuances, jeu d’ensemble, talent, forme du jour et public, tels sont les ingrédients nécessaires pour une grande authenticité et des moments magiques. Comme lorsque le chef d’orchestre italien Claudio Abbado parvient à donner l’impression que les notes s’immobilisent dans l’espace ou que la chanteuse nigériane de hip-hop et de soul Nneka imprime une formidable tension aux rythmes et aux paroles.

Le Pour-cent culturel Migros tient également à accompagner les jeunes musiciennes et musiciens lors de leurs premiers pas sur scène. Nos efforts de promotion des talents sont complétés par l’organisation de la Demotape Clinic et de notre festival de musique pop m4music. Ce n’est qu’en offrant aux artistes la chance de pouvoir se produire qu’ils pourront accumuler des expériences précieuses.

La musique m’accompagne par bonheur depuis mon enfance et j’ai un très grand respect pour toutes les personnes qui parviennent à trouver leur voie dans ce monde professionnel.

Hedy Graber dirige depuis 2004 la division Culture et affaires sociales auprès de la Fédération des Coopératives Migros à Zurich et est ainsi responsable de l’orientation des projets culturels et sociaux du Pour-cent culturel Migros. Sa fonction inclut également le développement du Fonds de soutien Engagement Migros, créé en 2012.

Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A propos de la musique comme composante essentielle de notre vie, de la découverte d’artistes, des possibilités du commerce en ligne, des moments magiques offerts par les concerts et de l’encouragement de la musique suisse dès les premiers pas. Carte blanche à Hedy Graber, Cheffe de la division Culture et affaires sociales, Fédération des coopératives Migros

Hedy-Graber-Porträt

Hedy Graber, née en 1961, a étudié l’histoire de l’art et la littérature allemande à l’Université de Genève, ainsi que la photographie à l’Ecole d’Arts Visuels. La «cheffe de la culture de Migros» apprécie beaucoup les moments magiques offerts par les concerts: «A mon avis, rien ne va au-delà de ce qui peut se passer musicalement sur une scène.» (Photo: Nathalie Bissig)

Récemment, dans le TGV qui m’emmenait en vacances dans le sud de la France, j’ai...Continuer

SUISA au m4music: débat sur le droit d’auteur, la musique en ligne et la relève

SUISA est-elle encore utile à l’ère du fonctionnement en ligne? C’est autour de cette question que se déroulera le débat sur le droit d’auteur le 27 mars 2015 au Festival m4music à Zurich. Proposé par SUISA, c’est la première fois que ce type de débat est organisé dans le cadre du festival. Afin de soutenir la musique actuelle, SUISA est également cette année l’un des partenaires de la scène des showcases sur laquelle des groupes en devenir se produisent et se font connaître. Le festival de musique pop m4music aura lieu le 26 mars 2015 à Lausanne et les 27 et 28 mars 2015 à Zurich.

m4music-Schiffbau-Zurich

Lors des deux jours du festival m4music à Zurich, le Schiffbau sera le lieu de rencontres pour les participants au festival de musique pop du Pour-cent culturel Migros. (Photo: Pour-cent culturel Migros)

«SUISA est passée complètement à côté de l’évolution en ligne!»; «Les sociétés de gestion doivent être supprimées!». SUISA et d’autres sociétés de gestion sont souvent confrontées à de tels critiques. Sont-elles justifiées? Un débat aura lieu à ce sujet le 27 mars 2015 au Moods de Zurich en présence du Conseiller national PLR Ruedi Noser, du chanteur/compositeur Marc Sway, de l’écrivain et journaliste grand spécialiste d’Internet Tim Cole, d’Andreas Ryser de l’Association des labels musicaux et producteurs indépendants IndieSuisse, de Michel Rudin du Forum des consommateurs, et du Directeur général de SUISA, Andreas Wegelin. C’est la première fois qu’un tel débat aura lieu dans le cadre du Festival m4music; il sera animé par Eric Facon, rédacteur culturel à la SRF et propriétaire d’un label.

Une préoccupation omniprésente: comment vendre de la musique sur Internet?

Une autre question intéressante sera discutée la veille à l’EJMA de Lausanne: «Comment générer des revenus sur Internet?» Cette préoccupation omniprésente aujourd’hui sera discutée par Nicolas Pont, responsable du service juridique de SUISA à Lausanne, Didier Gosset, de l’Association européenne des labels et distributeurs indépendants (IMPALA), ainsi que Jean Christophe Mercier, Directeur de la distribution chez Believe Digital, entreprise de distribution numérique très en vue en Europe. Stéphane Laurenceau, de Couleur 3, animera cette discussion. Les personnes souhaitant poursuivre la discussion pourront le faire au Café SUISA.

SUISA partenaire de la scène des showcases

Pour la première fois cette année, SUISA sera partenaire de la scène des showcases. Des groupes et artistes suisses en devenir se produiront sur une scène installée devant le club zurichois «Exil»; vous y retrouverez notamment la groupe zougois de rock indie Rival Kings, l’artiste vaudoise électro Verveine ou encore le Valaisan Yellow Teeth et ses chansons folk-blues. L’an prochain, l’un de ces artistes aura peut-être l’opportunité de se produire sur l’une des grandes scènes du Festival m4music que se partagent cette année des groupes internationaux et des musiciens suisses tels que l’artiste tessinoise Camilla Sparksss et la formation zuricho-bernoise True.

Apéritif à l’invitation de SUISA et de SWISSPERFORM

C’est le vendredi soir au Halle/Schiffbau que se tiendra le désormais traditionnel apéritif organisé par SUISA et SWISSPERFORM. Ce rendez-vous offre aux artistes, professionnels, personnalités politiques et journalistes une bonne occasion d’étendre leurs réseaux.

FONDATION-SUISA-Awards dans le cadre de la Demotape Clinic

Le samedi soir à 19h, la FONDATION SUISA remettra plusieurs prix dans le cadre de la Demotape Clinic. Quatre artistes prometteurs seront récompensés dans les genres rock, pop, urban et electronic. La cérémonie d’attribution des prix (de chacun Fr. 5’000.— ) se tiendra au Box du Schiffbau.

Informations complémentaires et programme complet du Festival m4music: www.m4music.ch

SUISA et la FONDATION SUISA au m4music 2015 à Lausanne et Zurich

Panel «Comment générer des revenus sur internet?» Auditorium EJMA, Lausanne Jeudi 26.3
de 14h à 15h
Café SUISA Cafétéria EJMA, Lausanne Jeudi 26.3
de 15h à 16h
Débat à propos des droits d’auteurs: «Les sociétés de gestion: des dinosaures à l’ère du business musical numérique?» Moods, Zurich Vendredi 27.3
de 12h à 13h
Apéro networking de SUISA et SWISSPERFORM Halle/Schiffbau, Zurich Vendredi 27.3
de 19h à 20h
Scène des showcases Devant le club «Exil», Zurich Vendredi 27.3 et samedi 28.3
dès 14h15
Demotape Clinic Award Show Box/Schiffbau, Zurich Samedi 28.3
de 19h à 20h
SUISA Contact Corner Foyer/Schiffbau, Zurich Vendredi 27.3 et samedi 28.3
de 13h à 17h
Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

SUISA est-elle encore utile à l’ère du fonctionnement en ligne? C’est autour de cette question que se déroulera le débat sur le droit d’auteur le 27 mars 2015 au Festival m4music à Zurich. Proposé par SUISA, c’est la première fois que ce type de débat est organisé dans le cadre du festival. Afin de soutenir la musique actuelle, SUISA est également cette année l’un des partenaires de la scène des showcases sur laquelle des groupes en devenir se produisent et se font connaître. Le festival de musique pop m4music aura lieu le 26 mars 2015 à Lausanne et les 27 et 28 mars 2015 à Zurich.

m4music-Schiffbau-Zurich

Lors des deux jours du festival m4music à Zurich, le Schiffbau sera le lieu de rencontres pour les participants au festival de musique pop du Pour-cent...Continuer

Nominations pour le «Best Swiss Video Clip» 2015

Pour la 4e fois, la FONDATION SUISA, les Journées de Soleure et le Festival de musique pop m4music du Pour-cent culturel Migros recherchent le «Best Swiss Video Clip» de l’année. Les cinq vidéos sélectionnées ont été annoncées durant la «Upcoming Award Night» lors des 50e Journées de Soleure; elles ont chacune été récompensées par un montant de CHF 1000.— attribué par la FONDATION SUISA. Le vote en ligne pour l’attribution du prix du public est maintenant ouvert. Texte: Marcel Kaufmann, FONDATION SUISA, et Manu Leuenberger

Best-Swiss-Video-clip-Nominationen-2015

La vidéo musicale en tant que forme artistique populaire n’est pas seulement un important moyen de promotion pour les musiciens et les groupes, elle est également un intéressant champ d’expérimentation pour les créateurs de films. L’objectif du concours du «Best Swiss Video Clip» est de promouvoir une collaboration créative entre réalisateurs, musiciens et producteurs. (image: copie d’écran Youtube.com / vidéo «EffE – Du bisch Willkomme (Official Video)» de FamestoreTV)

Les meilleures vidéos ont été sélectionnées par un jury de spécialistes parmi les 235 dossiers reçus. Le concours était ouvert à des vidéos musicales produites en 2013 ou 2014 par des groupes suisses ou étrangers avec réalisation suisse, et des groupes suisses avec réalisation internationale.

La remise des prix principaux aura lieu le 26 mars 2015 à Lausanne lors de la soirée d’ouverture du Festival m4music. Les vidéos musicales suivantes sont sur les rangs pour le Prix du jury et le Prix du public «Best Swiss Video Clip» 2015:

«Into the Wild» de Bonaparte, réalisation: Jonathon Lim
«Osama Obama» de Larytta, réalisation: Julien Mercier
«Countless Roads» de James Gruntz, réalisation: Gregor Brändli
«Solar Soliloquy» d’Audio Dope, réalisation: Garrick J. Lauterbach
«Du bisch willkomme» de Effe, réalisation: Haris Dubica

Le Prix du public sera attribué par les votes en ligne sur la plateforme musicale mx3. Ouverte dès l’annonce des vidéos nominées, la procédure de vote durera jusqu’au 25 mars 2015 à 12h. Les nominés comptent sur ta voix!

Vers le vote en ligne pour le Prix du public «Best Swiss Video Clip» 2015

Informations complémentaires sur le concours: www.fondation-suisa.ch/best-swiss-video-clip

Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Pour la 4e fois, la FONDATION SUISA, les Journées de Soleure et le Festival de musique pop m4music du Pour-cent culturel Migros recherchent le «Best Swiss Video Clip» de l’année. Les cinq vidéos sélectionnées ont été annoncées durant la «Upcoming Award Night» lors des 50e Journées de Soleure; elles ont chacune été récompensées par un montant de CHF 1000.— attribué par la FONDATION SUISA. Le vote en ligne pour l’attribution du prix du public est maintenant ouvert. Texte: Marcel Kaufmann, FONDATION SUISA, et Manu Leuenberger

Best-Swiss-Video-clip-Nominationen-2015

La vidéo musicale en tant que forme artistique populaire n’est pas seulement un important moyen de promotion pour les musiciens et les groupes, elle est également un intéressant champ d’expérimentation pour les créateurs de films. L’objectif du concours du «Best Swiss Video Clip» est de promouvoir une collaboration...Continuer

Tous les lauréats des «FONDATION SUISA Awards» et autres perles de la Demotape Clinic 2013 sur CD

Cover The Best of Demotape Clinic 2013

Pochette «The Best of Demotape Clinic 2013» (DR)

Le CD «The Best of Demotape Clinic 2013» est paru. Jusqu’à fin août 2013, ce best-of peut être obtenu gratuitement sur commande. Profitez-en, car: «Il y en a tant qu’il y en a.»

La Demotape Clinic est un concours destiné à la relève de la musique pop suisse. Le concours a lieu chaque année dans le cadre du festival M4music organisé par le Pour-cent culturel Migros. La FONDATION SUISA est partenaire principal de ce concours d’encouragement.

Lors du week-end du festival en mars, les morceaux les plus remarquables des genres pop, rock, urban et electronic ont été récompensés par un «FONDATION SUISA Award». Le prix principal «Demo of the Year» est allé en 2013 au groupe Pedro Lehmann. Sur le CD compilation, il y a les morceaux de tous les lauréats plus 9 autres démos qui ont été envoyées pour le concours de cette année.

Tous les prix en argent (17 000 francs au total) ont été offerts par la FONDATION SUISA. La fondation d’encouragement de SUISA soutient le concours parce que la Demotape Clinic offre aux nouveaux talents et aux producteurs une plate-forme sur laquelle ils peuvent se présenter en obtenant également un feedback par rapport à leur travail créatif.

La Demotape Clinic a eu lieu pour la 15e fois déjà. Voici quelques-uns des lauréats précédents: Domi Chansorn, Brandy Butler (avec Chamber Soul) et Steff la Cheffe.

Réduire article

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cover The Best of Demotape Clinic 2013

Pochette «The Best of Demotape Clinic 2013» (DR)

Le CD «The Best of Demotape Clinic 2013» est paru. Jusqu’à fin août 2013, ce best-of peut être obtenu gratuitement sur commande. Profitez-en, car: «Il y en a tant qu’il y en a.»

La Demotape Clinic est un concours destiné à la relève de la musique pop suisse. Le concours a lieu chaque année dans le cadre du festival M4music organisé par le Pour-cent culturel Migros. La FONDATION SUISA est partenaire principal de ce concours d’encouragement.

Lors du week-end du festival en mars, les morceaux les plus remarquables des genres pop, rock, urban et electronic ont été récompensés par un «FONDATION SUISA Award». Le prix principal «Demo of the Year» est allé en 2013 au groupe Pedro Lehmann. Sur le CD compilation, il y a les morceaux de...Continuer