25 ans de la FONDATION SUISA pour la musique – Rétrospective sur une belle réussite

La FONDATION SUISA, la fondation d’utilité publique de SUISA, qui a pour but l’encouragement de la musique suisse, fête ses 25 ans cette année. Depuis sa création en 1989, elle a apporté son soutien à la création musicale suisse dans notre pays et à l’étranger avec un montant de plus de 36 millions de francs. Roy Oppenheim, l’un des membres fondateurs, fait pour le SUISAblog une rétrospective personnelle sur ces 25 ans.

Tour des sons Expo.02

Financée par la FONDATION SUISA et SUISA, la Tour des sons de l’arteplage de Bienne fut un emblème sonore de l’exposition nationale Expo.02. (Photo: Felix Eidenbenz)

Tout commença par un appel téléphonique que je reçus en 1988 de l’ancien Directeur général de SUISA, Ulrich Uchtenhagen (1926-2003). Il me demanda si je souhaitais l’assister pour la création d’une nouvelle fondation culturelle. Etant donné qu’il prenait sa retraite la même année, ce fut son successeur, Patrick Liechti (1950-1997), qui s’occupa de ce projet. La FONDATION SUISA pour la musique fut ainsi créée en 1989.

Faire connaître la musique suisse dans le monde

J’étais alors Directeur de Radio Suisse Internationale (aujourd’hui swissinfo) et, dans le contexte des bouleversements en Europe à l’époque (notamment la chute du mur de Berlin en 1989), je m’efforçais en collaboration avec Urs Frauchiger (Directeur de Pro Helvetia à l’époque), de faire mieux connaître la musique suisse dans le monde. Nous souhaitions perpétuer l’héritage de Lance Tschannen, le grand inspirateur de la vie musicale suisse. Tschannen fut l’initiateur et le producteur de l’anthologie de la musique suisse «Musica Helvetica», qui bénéficia du soutien de la SSR et de SUISA.

Au Conseil de fondation de la nouvelle organisation, je fis la connaissance d’importants protagonistes du domaine du droit d’auteur, mais également de la musique en général, tels que Hans Ulrich Lehmann, Carlo Florindo Semini, Julien-François Zbinden, Bruno Spoerri, Jacques Wildberger. En collaboration avec le premier Directeur de la FONDATION SUISA, le musicien Claude Delley, nous nous efforçâmes d’améliorer l’information sur la création musicale en Suisse, qui était nettement insuffisante à l’époque. Après des difficultés qui paraissaient insurmontables, nous parvînmes à développer une revue qui parut régulièrement, après la création d’Internet également sous forme numérique dès le début des années 90.

Présence au Festival du film de Locarno

Je suis assez fier que nous ayons réussi, en 1999, à convaincre Marco Blaser, ancien Directeur régional de la RTSI, d’assumer la présidence du jury du Prix suisse de Musique de Film, créé par la FONDATION. La FONDATION SUISA participa ainsi activement au Festival du film de Locarno.

Prix suisse de musique de film Festival de film Locarno 2005

Marco Blaser, Président du jury du Prix suisse de musique de film de la FONDATION SUISA, lors de la cérémonie d’attribution du prix au Festival de film de Locarno, en 2005. (Photo: Claudia Kempf)

Expo.02: Tour des sons sur l’Arteplage de Bienne

Au début des années 2000, Expo.02 fut un autre grand événement auquel la FONDATION s’impliqua avec détermination. Claude Delley, Fredy Meyer, Erika Hug et moi-même nous sommes démenés ensemble pour la réalisation de la Tour des sons sur l’Arteplage de Bienne. Le succès fut au rendez-vous grâce au soutien de SUISA et de la FONDATION SUISA. Un projet est né suite à une idée d’Andres Bosshard, musicien et «architecte des sons». Son instrument était une tour sonore monumentale, avec sa partition apparaissant sur des écrans d’ordinateurs.

Le visiteur qui s’approchait de la tour visible loin à la ronde entendait les sons réels de l’environnement (lac et Arteplage), qui se transformaient en de nouveaux sons et devenaient une sorte de murmure et de bruissement électroniques à mesure qu’on s’approchait. Les sons étaient diffusés au moyen de 32 haut-parleurs, sur une hauteur de 40 mètres, à sept différents niveaux, parfois fixés à des ballons géants flottant dans l’espace, parfois cachés dans des bancs comme caissons de basses.

Assis par terre ou sur des chaises, les auditeurs tendaient l’oreille parfois seulement pour une courte durée, ou parfois pendant des heures. Il se dégagea de cette expérience une image inoubliable d’apaisement et de bien-être, qui inscrivit ce coin de l’Arteplage de Bienne pour toujours dans bien des mémoires. Le nombre de visiteurs de la Tour des sons a été estimé à plus d’un million de personnes. Ce fut une occasion unique pour démontrer l’importance de la musique à un large public enthousiasmé!

Participation active à l’écriture de l’histoire de la culture helvétique

George Gruntz et Nico Cadsky

Deux géants du monde suisse des arts: le musicien jazz Georges Gruntz (à gauche) et le caricaturiste Nico Cadsky. Ils étaient les invités de SUISA et de la FONDATION SUISA lors du Midem de Cannes 2002. (Photo: Roy Oppenheim)

Oui, la FONDATION SUISA a participé à l’écriture de l’histoire de la culture helvétique de manière concrète, en plus du soutien qu’elle a accordé à des milliers de projets musicaux, et cela pas uniquement par ses moyens financiers, mais également grâce à de nombreuses idées. Cela inclut une présence toujours originale aux différents salons internationaux de la musique tels que le Salon de la musique de Francfort, le Popkomm de Berlin et le Midem de Cannes. Au Midem, le plus grand Salon de la musique au monde, le musicien de jazz et éditeur Peter Schmidlin organisa pendant cinq ans, dès 2000, sur mandat de la FONDATION le «Swiss Jazz Club», un événement international ayant connu un grand succès, auquel ont participé tous les grands noms du jazz suisse: Georges Gruntz, Franco Ambrosetti, Kurt Weil, Erika Stucky, etc. La FONDATION a également soutenu activement l’initiative populaire fédérale jeunesse+musique, qui permit en 2012 l’inscription de la «formation musicale» dans la Constitution fédérale.

La FONDATION SUISA continue aujourd’hui à encourager les compositeurs et les interprètes suisses, par de nouvelles voies. Cela inclut notamment la bonne collaboration de Urs Schnell, Directeur actuel de la FONDATION SUISA, avec la plateforme audiovisuelle art-tv.ch. La FONDATION SUISA pour la musique est devenue indispensable dans notre pays. Un très grand merci!

Pour de plus amples informations:

  • Communiqué de presse du 11.12.2014:  «La FONDATION SUISA a soutenu la musique suisse en versant 36 millions de francs en 25 ans d’existence»
  • Journal des membres SUISAinfo, numéro 2.14 (e-paper, PDF), dossier principal: «SUISA et ses fondations»

Cet article a été rédigé par Roy Oppenheim, membre fondateur de la FONDATION SUISA. Après des études en histoire de l’art, en histoire et en journalisme, Roy Oppenheim a écrit de nombreux ouvrages et a participé à de nombreuses émissions de télévision  en tant qu’auteur et producteur. Roy Oppenheim a en outre dirigé durant 13 ans le Département Culture de la Télévision suisse alémanique SF DRS et a été Directeur de Schweiz International et de la 4e chaîne de télévision. Chef de la Communication de SUISA pendant 10 ans, il dirigea également durant 7 ans le nouveau Musée Rehmann. Aujourd’hui, il préside le Forum Helveticum, la plateforme multimédia www.art-tv.ch ainsi que différentes fondations culturelles.

Articles en relation
La musique populaire à la base de compositions plus élaborées Le compositeur et accordéoniste Franz «Fränggi» Gehrig reçoit le Prix de la FONDATION SUISA 2016. Le prix annuel de reconnaissance de la fondation de SUISA pour l’encouragement de la musique est décerné en 2016 dans la catégorie «musiques populaires suisses actuelles». Interview du Lauréat Uranais âgé de 30 ans à propos de cette distinction, de son activité de création musicale et de l’attrait de la musique populaire, qu’elle soit ancienne ou nouvelle. Continuer
«La musique de film suisse est dotée d’une grande diversité et d’une haute qualité» Avec trois CD, un DVD et un livre, le coffret «Swiss Film Music», édité par la FONDATION SUISA, offre un aperçu fascinant de l’histoire de la musique de film suisse de 1923 à 2012. Nous nous sommes entretenus avec le musicologue et expert en médias Mathias Spohr, qui a agi comme directeur artistique. Continuer
Lionel Friedli, un esprit créatif polyvalent 2015, la FONDATION SUISA a décerné le Prix du Jazz à Lionel Friedli. Le batteur biennois associe dans un jeu dynamique la vigueur du rock à la liberté du jazz. Il influence ainsi la musique de nombreux groupes variés. Continuer
retour

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont vérifiés. Il peut s'écouler un certain laps de temps avant publication. Il n'existe aucun droit à la publication d'un commentaire. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier un commentaire qui ne respecte pas les conditions d'utilisation.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.